Le salaire du président de l'UMQ restera privé

Maintenant qu'il a été élu président de l'Union... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Maintenant qu'il a été élu président de l'Union des municipalités du Québec mercredi dernier, le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny n'a pas plus l'intention de dévoiler le salaire qu'il touchera pour assumer cette nouvelle fonction.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Maintenant qu'il a été élu président de l'Union des municipalités du Québec mercredi dernier, le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny n'a pas plus l'intention de dévoiler le salaire qu'il touchera pour assumer cette nouvelle fonction.

La question du salaire des administrateurs de l'UMQ, soulevé en janvier dernier par quatre conseillers municipaux, a refait surface à la séance du conseil lundi soir, par la voix du citoyen Pascal Cyr.

« Combien c'est payé un président de l'UMQ, a demandé M. Cyr. Car c'est quand même de l'argent public. Et même si c'est un OSBL (organisme à but non lucratif), (...) il me semble que l'opacité n'a plus sa place aujourd'hui. Surtout que le maire a déjà dit qu'il était quelqu'un de transparent, avant les différentes campagnes électorales qu'il a menées. Il me semble que ce serait une belle preuve de transparence envers les pauvres citoyens qui vont payer son salaire par le truchement de leurs taxes. »

« Je vous l'ai déjà dit, a répliqué le maire Sévigny, l'UMQ c'est un OSBL qui reçoit les cotisations des 300 municipalités qui sont membres et qui disposent de ces fonds-là pour venir en soutien à chacun de ces membres. »

« Il y a un comité qui a été mis en place pour revoir l'ensemble de la gouvernance de l'UMQ, incluant ces éléments de diffusion d'information, a-t-il réitéré. Il va faire rapport cet automne. On verra à la lumière de ses recommandations si c'est pertinent de rendre publique cette information, comme bien d'autres informations d'ailleurs. »

La cotisation de la Ville de Sherbrooke à l'UMQ s'élève à 84 324,76 $. Le conseil d'administration de l'organisme compte 49 élus.

Aussitôt nommée, aussitôt repartie

À peine trois mois après son entrée en poste, la directrice du Service de la planification et du développement urbain à la Ville de Sherbrooke a démissionné. Isabelle Ménard a quitté ses fonction lundi. Michael Howard assumera l'intérim.

Le maire Bernard Sévigny n'a pas voulu élaborer sur les raisons qui ont motivé le départ de Mme Ménard, puisqu'il s'agit d'un dossier personnel.

« Ce sont des postes extrêmement exigeants, a-t-il réagi. Parfois on a la main heureuse, parfois c'est plus difficile. Ça fait partie de la vie d'une organisation comme la nôtre. Il y a une vingtaine de postes de direction à la Ville de Sherbrooke, ce n'est pas extraordinaire ce qui arrive. On va retourner à la recherche de quelqu'un. »

Avant son arrivée à Sherbrooke, Isabelle Ménard était directrice du développement du territoire à l'arrondissement d'Anjou, à la Ville de Montréal.

Elle a succédé à Danielle Gilbert qui a occupé cette fonction de 2011 à avril 2015. Mme Gilbert a quitté Sherbrooke pour retourner à son emploi précédent de directrice générale du Canton d'Orford.

Tout ce chambardement survient alors que Service de la planification et du développement urbain est très sollicité par le processus d'harmonisation des règlements de zonage et de lotissement de la Ville de Sherbrooke qui vient d'entrer dans une phase importante jusqu'en septembre avec l'étape de la consultation publique. « Oui ça tombe mal, commente M. Sévigny, mais on va faire avec. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer