Manifestation pour que cesse le saccage en santé

Une cinquantaine de syndiqués affiliés à la CSN ont investi le terrain du... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Une cinquantaine de syndiqués affiliés à la CSN ont investi le terrain du Centrexpo Drummondville, vendredi en fin de matinée, en marge du congrès du Parti libéral du Québec, afin d'exprimer leurs inquiétudes au premier ministre Philippe Couillard, notamment dans les secteurs de la santé et de l'éducation.

« Tout le monde s'accorde pour dire que la réforme du roi Barrette est un échec, même les cadres maintiennent que tout est désorganisé. On coupe dans des services essentiels, comme la maternité. Le temps d'intervention a doublé dans certains secteurs et on continue de couper parce que le roi Barrette en a décidé ainsi », déplore Claude Audy, vice-président régional à la Fédération de la santé et des services sociaux.

L'intervention des syndiqués avait comme but principal de sensibiliser la population envers la situation que vivent travailleurs et patients dans les différents établissements de santé. Si bon nombre sont d'accord avec le principe d'administrer avec plus de rigueur les deniers publics, on s'inquiète de la méthode employée pour le faire.

« Il y a des travailleurs sur le terrain qui sont venus me voir et m'ont demandé de les sauver. Plusieurs de leurs collègues manquaient à l'ouvrage et ils n'avaient pas été remplacés. J'avais l'impression de parler à des gens dans des camps de réfugiés syriens, pas dans un hôpital », illustre M. Audy.

Ce dernier a ainsi rappelé au premier ministre qu'il avait un pouvoir de décision et lui a demandé de freiner les ardeurs de son « roi ». Sans quoi, ils travailleront d'arrache-pied pour que la population soit informée de la situation d'ici les prochaines élections.

« Contrôlez-le votre roi, parce qu'aux prochaines élections, ce ne sera pas la première fois qu'on en fera tomber un », menace-t-il.

Des pertes d'emploi par centaines

La CSN chiffre à 2 milliards $ les coupures exigées par le ministère de la Santé au cours des dernières années. On craint que cette situation ne représente de nombreuses pertes d'emplois. Seulement pour la région Centre-du-Québec, 17 postes à temps complet auraient été coupés la semaine dernière et on croit que le pire est à venir.

« La désorganisation fait en sorte qu'on n'est pas en mesure de cibler combien de postes seront coupés au final, mais on sait qu'il y en aura plusieurs. À l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska, la semaine dernière, on a fait état d'une problématique. Le cadre en place nous a répondu que, non seulement. Il n'avait pas les ressources, mais qu'il devra sabrer davantage dans sa main-d'oeuvre», raconte Claude Audy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer