Exclusif

Luc Fortin rongé par la culpabilité

Ayant reçu le feu vert de son médecin,... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Ayant reçu le feu vert de son médecin, le ministre Luc Fortin effectue un retour progressif au travail. Il limitera au départ ses activités à sa circonscription de Sherbrooke alors que sa capacité à reprendre ses fonctions ministérielles sera réévaluée de semaine en semaine. Le père de trois jeunes enfants pourra compter sur l'appui de sa conjointe Émilie Rouleau.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) Le ministre Luc Fortin revient dans la circulation. Il effectue un retour au travail progressif.

«J'ai informé le premier ministre que j'avais le feu vert de mon médecin pour reprendre mes activités dans ma circonscription. Pour ce qui est de mes fonctions ministérielles, une évaluation sera faite de semaine en semaine. Mais ça va très bien», lance avec enthousiasme le député de Sherbrooke à quelques heures de sa première apparition publique après un mois d'absence.

Philippe Couillard a pris tout le monde par surprise en annonçant par voie de communiqué, le 15 avril, qu'il devait confier temporairement la Culture, les Communications et la responsabilité de la Protection et de la Promotion de la langue à Hélène David parce que son jeune ministre se retrouvait sur la touche pour des «raisons médicales».

«J'ai traîné une vilaine toux durant tout l'hiver et je n'en venais pas à bout même avec les antibiotiques. Je me suis mis ensuite à avoir des maux de tête assez épouvantables. Non seulement j'étais incapable de me débarrasser de ça, mais ça jouait également sur mon énergie qui déclinait», précise aujourd'hui M. Fortin.

Les examens médicaux qu'il a subis n'ont pas été suivis d'un diagnostic aussi sombre que celui de son collègue ministre Pierre Moreau, qui lutte contre un cancer. Les batteries du ministre responsable de l'Estrie étaient carrément à plat.

«Deux assermentations en trois semaines, la mission à Abidjan afin de promouvoir la candidature de Sherbrooke pour l'obtention des Jeux de la Francophonie, ce fut un très gros hiver. Plus t'es fatigué et stressé, plus ça devient difficile de te reposer. J'étais vidé».

Le printemps glacial que le gouvernement Couillard a connu - avec l'arrestation de l'ex-ministre libéral Nathalie Normandeau le jour du budget, puis avec «l'affaire Sam Hamad» - a ajouté aux tourments du ministre fragilisé.

«Il était temps»

«Je voyais le contexte dans lequel nous étions. Alors, j'ai repoussé le moment d'en parler. Je voulais éviter de mettre un autre caillou dans le soulier du premier ministre. Aux yeux de ce dernier, ces considérations étaient cependant secondaires. L'essentiel pour lui était que je retrouve la santé. J'ai arrêté à temps, mais il était temps», décrit Luc Fortin.

Vous a-t-on suggéré d'éviter d'aller vous refaire une santé en Floride?

Le ministre éclate de rire. «Non, ça n'a pas été nécessaire...»

La dualité n'était toutefois pas que politique. Père de trois jeunes enfants, Luc Fortin sentait bien qu'il ne suivait pas la ligne de conduite qu'il avait voulu se donner pour concilier le travail et la famille.

«Un matin, mon garçon Raphaël s'est montré surpris de me trouver à la maison. Ça reste».

Cette image se superposait à celle du jour d'assermentation, à la fin du mois de janvier, alors que le petit bonhomme qui aura bientôt trois ans avait fondu en larmes et réclamé son papa, puis était resté agrippé à son cou pendant qu'il recevait les félicitations de ses collègues ministres.

«Les derniers jours, avant de quitter Québec, juste parler aux enfants était devenu difficile. L'équilibre que je savais pourtant fragile, je l'avais rompu. Quand j'analyse la fatigue que je n'arrivais pas à surmonter, c'est sûr qu'il y avait toujours dans mon inconscient la culpabilité de ne pas être à la bonne place, de ne pas être assez souvent avec les enfants», confesse le père qui vient de célébrer son 34e anniversaire.

Le ministre Fortin prend son passage à vide comme un avertissement.

«J'ai eu du temps au cours des dernières semaines pour analyser les erreurs que j'ai commises. Je veillerai à ne pas les répéter».

M. Fortin a conservé son titre, son salaire et autres avantages de ministre au cours de sa période d'inactivité.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer