Les maires ne fléchiront pas, assure Sévigny

Entre 3000 et 4000 syndiqués ont défilé devant... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Entre 3000 et 4000 syndiqués ont défilé devant le Centre des congrès, sur le boulevard René-Lévesque à Québec, pour manifester leur opposition aux demandes des municipalités de pouvoir décréter les conditions de travail de leurs employés.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Marc Ranger, directeur québécois du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), n'a pas tardé à envoyer un message au nouveau président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny. En marge de la manifestation organisée en ouverture des Assises de l'UMQ, il a mentionné espérer que M. Sévigny « sera capable de négocier plutôt que de faire de la démagogie »

Ils étaient entre 3000 et 4000 syndiqués de la fonction publique à s'être rassemblés sur le boulevard René-Lévesque à Québec, devant le Centre des congrès, pour manifester jeudi matin. Le SCFP, qui dit non au pacte fiscal et aux demandes des municipalités de pouvoir décréter les conditions de travail de leurs employés, avait annoncé 15 000 participants. Le maire de Québec Régis Labeaume n'a pas hésité à qualifier l'opération de ratée. Une opinion que partageait Bernard Sévigny.

« Ils ont annoncé 15 000 manifestants. Ce ne sont pas nos chiffres, ce sont les leurs. À ce que je sache, il n'y en a pas eu autant. Je pense la même chose que M. Labeaume là-dessus. »

Marc Ranger était néanmoins heureux d'avoir fait se déplacer autant de manifestants un jour de semaine.

M. Sévigny a mentionné que les manifestants ne feraient pas fléchir les maires du Québec dans leurs revendications. « Ils défendent leurs membres. Moi et mes collègues défendons les contribuables. Nous ne sommes pas dans la même église. Nous sommes déterminés à avoir les outils comme véritable gouvernement. »

Des syndiqués de l'Estrie avaient fait le voyage jusqu'à Québec.

Mario Bernard, président du syndicat des cols bleus de Sherbrooke, y voyait une mobilisation qu'il ne pouvait pas manquer. « Ce sont tous les syndicats qui se regroupent contre le pacte fiscal. Nous sommes solidaires. C'est une grosse pièce. On veut négocier. Quand les négociations avancent bien, pourquoi ne pas continuer ? »

M. Bernard refusait de se réjouir des propos du ministre des Affaires municipales Martin Coiteux, qui n'a pas confirmé qu'il accorderait aux municipalités le pouvoir de décréter les conditions de travail de leurs employés. « Nous on pense que M. Coiteux a voulu modérer la manifestation. Il a dit qu'il voulait mettre les freins tout en sachant qu'une manifestation s'organisait. »

Il s'agit aussi d'un avant-goût d'une manifestation, quoique moins imposante, qui devrait se tenir la semaine prochaine à Sherbrooke à l'occasion du Conseil provincial du secteur municipal (CPSM). Du 16 au 20 mai, le CPSM se réunira à l'hôtel Delta et Mario Bernard promet que des actions de visibilité sont prévues.

L'élection de Bernard Sévigny à la présidence de l'Union des municipalités du Québec ne changera rien pour les syndiqués sherbrookois, estime M. Bernard. « On s'y attendait. Je ne crois pas que ça influencera ce qui va se passer à Sherbrooke. Il était déjà derrière ce qui se disait à l'UMQ. »

Selon Mario Bernard, des syndiqués de Magog et de la Régie de police de Saint-François-Xavier-de-Brompton avaient aussi fait la route jusqu'à Québec.

Le SCFP distribuait par ailleurs des « cartes à collectionner » intitulées « Les pas fiables ». Le pamphlet, qui portait la photo du maire Bernard Sévigny, listait ses « spécialités »: « recevoir des contributions illégales pour son parti, renier des ententes passées et être un fervent partisan d'une loi pour décréter les conditions de travail ».

Marc Ranger a avancé que dans les deux dernières semaines, 15 règlements étaient intervenus dans le monde municipal, une preuve que les négociations fonctionnent. « J'incite M. Coiteux à maintenir le régime de relations de travail qu'on s'est donné au Québec depuis plus de 50 ans. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer