Lac-Mégantic : 115 M$ pour un tracé hors du centre-ville

Les Méganticois et leurs voisins de Frontenac et... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Les Méganticois et leurs voisins de Frontenac et Nantes ont été nombreux à se déplacer pour connaître l'état d'avancement de l'étude de faisabilité. L'exercice doit se répéter mercredi après-midi.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Il en coûterait finalement 115 millions $ pour construire une voie de contournement ferroviaire du centre-ville de Lac-Mégantic.

Ou entre 20 et 30 millions $ pour améliorer la voie ferrée actuelle en consolidant l'infrastructure et en l'enclavant avec des murs antibruit, des murs de protection et des aménagements paysagers qui viendraient minimiser les impacts en cas de déraillement.

C'est ce que quelque 220 Méganticois ont appris mardi soir alors que la Ville leur présentait les résultats de la première étape de l'étude de faisabilité réalisée par la firme AECOM depuis neuf mois, et presque trois ans après le déraillement qui a fait 47 morts dans leur communauté et détruit une partie du centre-ville.

Le corridor privilégié par les experts prend naissance un peu à l'ouest du carrefour giratoire de Nantes, passe au nord de Lac-Mégantic en longeant la route 161 pour rejoindre le parc industriel, traverse la rivière Chaudière à environ 200 mètres du pont actuel du MTQ sur la 161, passe sous la route 204 et se termine à Frontenac dans un secteur propice à une éventuelle gare de triage de la Central Maine and Quebec Railway. Au total, le nouveau tracé ferait 11,9 kilomètres, soit 9,5 millions $ du kilomètre,

Deux autres corridors ont été analysés puis mis de côté à cette étape-ci, essentiellement parce qu'ils sont plus coûteux (142 et 224 millions $) sans apporter de bénéfices plus importants.

AECOM poursuivra également l'analyse du « statu quo amélioré », comme elle appelle l'option d'enclaver la portion de voie ferrée actuelle qui traverse Lac-Mégantic, afin de fournir une base de comparaison aux autorités.

« On n'annonce pas aujourd'hui une voie de contournement, précise la directrice générale adjointe de Lac-Mégantic, Marie-Claude Arguin. Ce qu'on annonce, c'est qu'il y a deux scénarios qu'on doit avoir pour pouvoir bien comparer. »

La présentation a été accueillie somme toute paisiblement par les citoyens qui s'étaient déplacés au Centre sportif Mégantic mardi soir. Plusieurs semblaient trouver que le corridor privilégié était logique et attendu, mais que les échéanciers étaient interminables.

« Des murs de béton dans notre ville, on n'en veut pas, a lancé l'un des citoyens. Vous priorisez le corridor le moins dispendieux à 115 millions $ alors qu'on pourrait vouloir une voie à 224 millions. Quand on sait que ça va coûter 400 millions $ pour repeindre le pont de Québec et que personne n'en parle... C'est simple, c'est la voie de contournement que ça nous prend à Lac-Mégantic! »

« Le tracé est intéressant, mais ça va être très long avant d'avoir une réponse », a renchéri une dame en quittant les lieux avec l'air de ne pas trop y croire.

« C'est ce que j'avais pensé comme tracé pour un bon bout, a dit Gilles Fluet, qui s'est affiché publiquement depuis deux ans en faveur d'une voie de contournement. Ça met le lac et le centre-ville bien à l'abri. Ça me semble possible. »

AECOM se donne une autre année pour documenter le corridor privilégié, incluant les études d'impact sur l'environnement et les consultations publiques, dans le but de déposer les études d'avant-projet préliminaire aux gouvernements en 2017.

La Ville s'est engagée à présenter cette deuxième phase aux citoyens au printemps 2017.

L'échéancier préliminaire fait ensuite état d'une étude d'avant-projet définitif en 2018, des plans et devis en 2019-2020 et de travaux de construction sur deux saisons en 2021 et 2022, neuf ans après la tragédie.

L'étude de faisabilité coûtera tout près d'un million $ aux gouvernements fédéral et provincial.

Les citoyens étaient invités mardi soir à laisser leurs commentaires qui seront compilés, a assuré le chargé de projet Jean Hardy. « Dans tous les projets de grande ampleur, qui vont devant le BAPE et qui sont soumis à l'approbation des gouvernements, il faut démontrer que les citoyens ont été informés et que leurs commentaires ont été pris en compte », a-t-il insisté.

La Ville tient une deuxième présentation de cette étude mercredi, entre 13 et 16 h, au Centre sportif Mégantic.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer