Lac-Mégantic : non aux murs de protection

Françoise Turcotte, Jacques Gagnon et Jean Gauthier, membres... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Françoise Turcotte, Jacques Gagnon et Jean Gauthier, membres du Comité de vigilance pour la sécurité ferroviaire, jugent exagéré le délai pour la fin des travaux de la voie de contournement, prévu en 2022.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Le maire de Lac-Mégantic, Jean-Guy Cloutier, jubilait, au sortir de la présentation de la phase 1 de l'étude de faisabilité de la voie de contournement préparée par la firme AECOM.

« On a un plan de travail. Ce que je dis à mes concitoyens : nous allons nous assurer d'avoir la voie de contournement! », a-t-il déclaré à La Tribune.

« Par contre, je reçois mal le ''statu quo amélioré'' qui suggère le même trajet actuel de la voie ferrée et la construction de murs de protection en ciment de deux pieds d'épais et de 10 pieds de haut. Je comprends que la firme AECOM avait besoin d'un comparable pour son étude. Mais c'est inacceptable. On ne veut rien savoir de ça. On veut la voie de contournement ferroviaire, parce que notre population ne se relèvera jamais si on ne l'obtient pas. Nous étions prêts à nous battre, mais avec ce corridor 1 qui est privilégié, évalué à 115 millions $, nous n'aurons peut-être pas besoin de nous battre! »

Au printemps 2017, il s'attend qu'il y aura une autre réunion du même genre sur le même sujet, mais avec un choix de trajet définitif pour la voie de contournement.

« Il n'y a pas trop de critiques au sujet du tracé proposé qui n'est pas définitif. Nous pourrions prendre un élément du corridor 2, s'il faisait notre affaire. Nous devrons présenter le dossier aux audiences du BAPE. Nous allons essayer de sauver du temps, car six ans, c'est long. AECOM a le mandat et les obligations, mais nous allons essayer de faire économiser au moins un an. Cette firme a une équipe solide. Tout le temps qu'on pourra sauver, on va le faire! » assure-t-il.

La Coalition très déçue

Par la voix de son porte-parole Robert Bellefleur, la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic s'est dite très déçue.

« Même après un an d'étude, il reste encore deux autres phases, l'avant-projet préliminaire de 12 mois et l'avant-projet définitif de 18 mois. La réalisation de la voie de contournement, ce ne sera pas avant 2022. C'est une vraie farce. Plus on en apprend, plus on réalise que c'est une farce monumentale. On veut faire avaler une couleuvre aux Méganticois », indique M. Bellefleur.

« À propos du ''statu quo amélioré'', c'est une insulte inqualifiable faite aux Méganticois. Même si le conseil municipal ne le considère pas, les gouvernements payeurs, eux vont le considérer. La population en a assez de se faire duper par ces délais insoutenables et en appelle au premier ministre, Justin Trudeau, qui a signé la pétition en faveur de la voie de contournement. Nous avons la preuve que notre conseil municipal se laisse trop facilement influencer par les responsables de cette étude. »

Les représentants du Comité de vigilance pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, Françoise Turcotte, Jacques Gagnon et Jean Gauthier, pour leur part, croient que le tracé projeté est correct, même si le corridor 2 présentait aussi des avantages.

« Ce qui n'est pas correct, cependant, c'est l'année 2022 pour la fin des travaux de la voie de contournement. On rit de nous par rapport aux délais. C'est la bureaucratie. Pourtant, au lendemain de la tragédie, les politiciens avaient promis de couper la bureaucratie. Le délai nous dérange beaucoup. Pour les coûts, nous croyons que les gouvernements provincial et fédéral devraient acheter ça à 50-50. M. Garneau n'a-t-il pas dit qu'il ne paye pas l'étude pour rien? » a confié le porte-parole, Jean Gauthier.

« N'y aurait-il pas moyen, d'ailleurs, de superposer les étapes, de faire se chevaucher les phases de l'étude pour gagner du temps? » questionne Jacques Gagnon.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer