• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Les deux manèges militaires devraient être préservés, selon Marie-Claude Bibeau 

Les deux manèges militaires devraient être préservés, selon Marie-Claude Bibeau

Le manège militaire de la rue Belvédère... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le manège militaire de la rue Belvédère

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) S'il n'en tient qu'à Marie-Claude Bibeau, les deux manèges militaires de Sherbrooke devraient être préservés.

Au cours des dernières semaines, la ministre et députée de Compton-Stanstead a vanté auprès de son homologue de la Défense nationale les valeurs architecturale, historique et patrimoniale des manèges militaires Belvédère et William, qui abritent présentement quatre unités de réserve des Forces armées canadiennes, soit les Fusiliers de Sherbrooke, les Sherbrooke Hussars, la 52e Ambulance de campagne et le 714e Escadron des communications. Celles-ci comptent au total près de 200 réservistes.

« Je veux m'assurer que mon collègue ait toutes les informations pour prendre une décision éclairée dans le contexte qui est le sien; qu'il connaisse les enjeux des deux manèges, mais aussi des enjeux patrimoniaux pour le centre-ville. C'est ce que je peux faire de mieux et j'espère de tout coeur qu'on va parvenir à sauver les deux manèges », a mentionné la ministre du Développement international et de la Francophonie.

La Tribune a révélé la semaine dernière que le manège militaire anglophone de la rue William ne ferait plus partie des scénarios envisagés quant à l'avenir des deux manèges.

Jusqu'à tout récemment, trois scénarios étaient toujours sur la table, à savoir la mise à niveau des deux édifices, la fermeture d'un des deux sites ou encore la construction d'un tout nouveau manège militaire sur un autre site que ceux de William et Belvédère. Or, selon une source, le scénario de mise à niveau des deux édifices aurait été écarté au profit d'un seul site. Aucun échéancier n'a encore été arrêté pour statuer sur le sort des manèges. Des travaux d'urgence de l'ordre de 1,6 M$ sont sur le point de commencer, tant au manège William que Belvédère.

« Je pense avoir de bons arguments, mais je ne connais pas tous les enjeux du ministère de la Défense nationale. J'ai tout de même fait valoir qu'avec nos universités, nos collèges et nos autres institutions, il y avait un bon potentiel de recrutement. Je souhaite toucher des cordes sensibles et protéger notre patrimoine », a réitéré Marie-Claude Bibeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer