Un autre fructueux grand ménage

Michel Beaudry, président du conseil d'administration de Récupex,... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

Michel Beaudry, président du conseil d'administration de Récupex, Dominic Bonin, employé, Jacques Paquette, membre fondateur, et Guy Rancourt, président d'honneur de la 20e édition de l'événement L'Estrie met ses culottes, sont très satisfaits de la réponse de la population à cette autre collecte de vêtements usagés.

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Environ 600 personnes ont fait le ménage de leur penderie et ont circulé dans la cour arrière de l'école secondaire Montcalm pour y déposer des sacs de vêtements usagés à l'occasion de la 20e édition de l'événement L'Estrie met ses culottes.

C'est un bilan très positif que dresse encore cette année l'organisme Récupex, puisque plus de 110 000 kg (250 000 livres) de tissu, de cuir et de fourrure ont été collectés au cours de la campagne de deux semaines. Ces vêtements prendront la direction de l'entrepôt de Recupex, où ils seront recyclés, réutilisés ou transformés.

« Sur les chandails qui ont beaucoup travaillé, dont le collet et les dessous de bras sont usés, on va prendre juste la surface d'en avant et d'en arrière, et on va faire des guenilles, donne comme exemple Benoit Fontaine, directeur général de Récupex. C'est la dernière vie qu'on peut donner à un tissu. »

« Mais les beaux vêtements, on les envoie à notre boutique t.a. f. i. & Compagnie pour les vendre ou les revaloriser. On en fait des sacs à main, des gants, des pantoufles... »

L'organisme avait prévu offrir un arbre aux 800 premières personnes qui feraient don de leurs vêtements défraîchis, afin de rappeler le geste incitatif des débuts de L'Estrie met ses culottes. « La première année, les organisateurs ne connaissaient pas la réponse des gens, donc ils avaient décidé de leur donner un arbre en échange des vêtements pour les attirer, raconte Michel Beaudry, président du conseil d'administration. Ceux qu'on a distribués il y a 20 ans sont rendus assez gros, donc on recommence à zéro! »

Comme environ 200 arbres n'ont pas trouvé preneur, ils seront distribués à la Maison de l'eau prochainement. « Pas de gaspillage! » lance M. Fontaine.

Plus que du recyclage

Au coeur de la mission de Récupex se trouve non seulement la récupération des vêtements, mais également un volet de réinsertion sociale. Depuis sa création, l'organisme a aidé plus de mille personnes à réintégrer le marché du travail ou à retourner sur les bancs d'école, grâce à une formation de 28 semaines au sein de son équipe.

« Au cours des dernières années, on accueille de plus en plus de personnes immigrantes, constate Christiane Ross, directrice de l'insertion et de la formation. Récemment, on a embauché notre premier Syrien, qui commence lundi. Cette année, on a eu des personnes de 14 nationalités différentes! »

Esma Buljubasic, une mère de famille originaire de Bosnie qui a fui son pays où la guerre faisait rage, a participé à ce programme d'insertion il y a dix ans, à son arrivée à Sherbrooke. « Quand je suis arrivée, ça m'a permis de m'organiser et de bien m'intégrer ici, raconte-t-elle. Comme j'avais ma formation en textile, Récupex m'a gardée. Aujourd'hui, je travaille là-bas à temps à temps plein, je suis superviseure et je transforme les vêtements! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer