Le maire Dutil en position inconfortable

Le maire de Stanstead Philippe Dutil est aussi... (Archives La Tribune)

Agrandir

Le maire de Stanstead Philippe Dutil est aussi président de la coopérative de solidarité Granit central, ce que lui reprochent certains citoyens.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Stanstead) Un projet développé par une coopérative du milieu place le maire de Stanstead, Philippe Dutil, dans une position relativement inconfortable. Aux yeux de certains contribuables, le maire se trouve carrément en conflit d'intérêts.

M. Dutil s'est retrouvé en mauvaise position parce qu'il est à la fois le maire de Stanstead et le président de la coopérative de solidarité Granit central, laquelle souhaite diversifier ses activités afin d'assurer son avenir.

Le maire de Stanstead n'est devenu président de la coopérative Granit central qu'en octobre 2015. Il affirme avoir accepté d'en prendre les rênes pour donner un coup de main à Robert Sheldon, un homme qui s'est beaucoup investi au sein de cette organisation.

Lors de la dernière assemblée du conseil municipal de Stanstead, des citoyens inquiets se sont présentés pour dénoncer le projet de Granit central, qui consisterait à produire du gravier à partir de granit. Le maire a alors pris la défense de l'entreprise, un geste qui n'est pas passé inaperçu.

Philippe Dutil assure toutefois qu'il n'est nullement en conflit d'intérêts et que la municipalité n'est pas concernée du tout par le projet de la coopérative de solidarité.

«Comme président de Granit central, je ne suis pas payé et j'agis simplement en tant que citoyen bénévole, fait valoir M. Dutil. J'ai consulté un avocat externe et il confirme que je ne suis pas en conflit d'intérêts. C'est un peu normal que je porte plusieurs chapeaux. D'ailleurs, je suis aussi président du parc Weir et des Ambulances Stanstead. Je veux aider mon milieu.»

Le maire ajoute dans la foulée qu'aucun changement de zonage ou de règlementation ne sera nécessaire avant que le projet de production de gravier se concrétise.

«Le concasseur serait installé dans une vieille usine, souligne Philippe Dutil. Cette usine est située dans un secteur résidentiel, mais son propriétaire possède un droit acquis de production pour tout ce qui s'appelle granit.»

M. Dutil révèle que les citoyens vivant à proximité de cette vieille usine craignent que le concasseur émette trop de bruit et qu'il produise de la poussière, deux choses risquant de les incommoder. Le maire croit que leurs craintes sont en partie non fondées.

«Je ne pense pas qu'il y aura des problèmes de bruit ou de poussière. Malgré tout, on veut travailler avec les citoyens et on commencera probablement en faisant une période d'essai au début. Les gens pourraient ensuite donner leurs commentaires.»

Par ailleurs, Granit central espère accroître le nombre de visiteurs qui s'arrêtent au centre d'interprétation du granit ainsi qu'au musée du train miniature, deux entités sous sa responsabilité. «On a fait moins d'efforts de promotion, ces dernières années, et ça a eu un impact. On veut relancer ces deux lieux», indique le président de l'entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer