La Sherbrookoise Camille Bégin n'arrive pas trop à y croire

L'autoroute 63, la principale artère de Fort McMurray,... (La Presse Canadienne)

Agrandir

L'autoroute 63, la principale artère de Fort McMurray, était remplie de véhicules immobilisés sur l'accotement et dans les fossés, mercredi. Des policiers y amenaient des bidons d'essence pour dépanner les automobilistes en panne sèche.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que l'immense feu de forêt de Fort McMurray fait des ravages, des Sherbrookois continuaient mercredi de relayer des informations et des images terrifiantes du front albertain.

Camille Bégin, qui a fui la ville menacée par le mur de feu, raconte comment elle et son conjoint ont pu quitter l'enfer sur l'ordre des autorités mardi.

« On pouvait voir les flammes monter à travers les arbres et les maisons commençaient tranquillement à brûler... Finalement, on a pu sortir du quartier et se diriger au nord de Fort McMurray, en avançant à 5 km/h », écrit-elle sur Facebook.

« C'est finalement, environ 115 km plus loin, à 1 h du matin, que nous avons décidé de nous stationner et de dormir dans la voiture. »

Rappelons que la jeune femme a déménagé avec son copain à Fort McMurray l'hiver dernier. Mardi matin, les autorités leur ont demandé de se tenir prêts. Une heure plus tard, on leur demandait d'évacuer la ville. Ils avaient 15 minutes pour fuir.

« Plusieurs personnes ont dû abandonner leur véhicule parce qu'ils n'avaient plus d'essence », ajoute-t-elle.

« Maintenant, on doit se trouver un endroit où dormir pour les prochains jours, de la nourriture, de l'eau et espérer pouvoir rentrer à la maison... Si elle y est encore. En se réveillant après notre courte nuit de deux heures, on n'arrive pas trop à croire ce qui vient de se produire. »

Camille Bégin prend le temps de demander aux gens de prendre le temps « d'apprécier » ce qu'ils voient autour d'eux. « Dites aux gens qui comptent pour vous que vous les aimez! », lance-t-elle.

« C'est dans des situations comme ça qu'on se dit qu'on doit apprécier beaucoup plus tout ce qu'on croit acquis. »

La page Facebook de Carl Gagnon Bisaillon, un ancien étudiant de l'Université de Sherbrooke, est remplie de photos et de séquences vidéo à glacer le sang de l'incendie qui a forcé l'évacuation de 80 000 personnes.

L'ancien joueur de football du Vert et Or a publié notamment une vidéo montrant Fort McMurray désertée en pleine nuit et recouverte de cendre.

Ayant réussi à atteindre Edmonton mercredi en soirée, il espérait pouvoir mettre le cap vers Montréal jeudi. «Les flammes sont rendues malheureusement dans nos appartements, donc plus de passeport ni de portefeuille ni de linge», relate-t-il.

«Je n'aurais pas demandé mieux quand on regarde tout ce que ces gens sont en train et vont vivre dans les prochains jours. Les autorités disent que le pire est à venir! Quand je reviens (à Montréal), on va trouver un moyen d'aider nos amis de l'Alberta!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer