Un projet de minimaisons à Eastman

Habitat multi-générations n'en est pas à son premier... (Archives, La Presse)

Agrandir

Habitat multi-générations n'en est pas à son premier projet de résidences de petite dimension. Il a aussi entrepris un projet nettement plus ambitieux à Lantier dans les Laurentides, où il prévoit la construction d'environ100 maisons.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La MRC de Memphrémagog vient à peine de commencer une réflexion concernant les minimaisons que déjà un projet de résidences de petite dimension, baptisé Les Hameaux de Mont-Bon-Plaisir, surgit à Eastman.

Élaboré par l'entreprise d'économie sociale Habitat multi-générations, le projet devant voir le jour à Eastman n'est pas de grande envergure. Il est question de construire entre quatre et neuf minimaisons sur des terrains possédant une superficie minimale de 2000 mètres carrés.

Toutes les maisons du projet d'Habitat multi-générations présenteraient une superficie supérieure à 750 pieds carrés. Le promoteur n'aura donc pas à demander une modification du zonage à la municipalité d'Eastman.

Habitat multi-générations n'en est pas à son premier projet semblable. Il a aussi entrepris un projet nettement plus ambitieux à Lantier dans les Laurentides. Il prévoit la construction d'environ 100 maisons sur place.

« Notre clientèle à Lantier est formée de gens qui cherchent une résidence permanente ou un chalet. Il y a des familles et des personnes retraitées. On s'attend à ce que ce soit la même chose à Eastman », note Philippe Perreault, conseiller pour les Hameaux de Mont-Bon-Plaisir.

À Eastman, les propriétaires des minimaisons qui seront construites auront accès à un « espace collectif » à l'intérieur duquel ils pourront élever des animaux comme des poules ou des chèvres.

La réflexion de la MRC

Actuellement, la réglementation concernant les minimaisons n'est pas très précise sur le territoire de la MRC de Memphrémagog. Le conseil des maires a cependant décidé de réfléchir sur le phénomène de la minimaison, qui se répand peu à peu au Québec.

Dans le cas des résidences de 750 pieds carrés de superficie et plus, aucun problème ne se pose habituellement dans les municipalités de la MRC de Memphrémagog. La situation se complexifie toutefois lorsque la superficie de la maison est moindre.

« On a rencontré des MRC voisines pour discuter avec elles de la problématique, révèle l'aménagiste de la MRC de Memphrémagog, Hugues Ménard. Il y a des questionnements par rapport à ce dossier chez nous. Est-ce qu'on autorise ce type de résidence partout ou si on les permet à des endroits précis? On arrivera avec une recommandation bientôt. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer