L'Estrie met ses culottes une 20e fois

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a planté... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a planté un arbre en geste symbolique du 20e anniversaire de L'Estrie met ses culottes. Il est entouré de Guy Rancourt, président d'honneur de la collecte L'Estrie met ses culottes, Dominic Bonin, employé de Récupex, et Michel Beaudry, président de Récupex.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Beaudoin
La Tribune

(SHERBROOKE) Vingt ans après la mise en terre du premier arbre, Récupex poursuit sa mission sociale, environnementale et économique en lançant sa nouvelle édition de L'Estrie met ses culottes, qui se tiendra le 7 mai à l'école Montcalm.

Il y a vingt ans, Sherbrooke n'en était qu'aux balbutiements de ses efforts de recyclage. Un simple bac de la taille d'une boîte d'épicerie suffisait aux Sherbrookois pour séparer leurs matières recyclables.

Les instigateurs du projet, Luc Larochelle, Guy Rancourt et Jacques Paquette, ont osé demander un petit effort de plus aux gens : remplir leur voiture de vêtements pour leur porter, en échange d'un arbre. M. Rancourt qualifie leur projet d'audacieux, à l'époque.

Le projet, qui était plus modeste au début, s'est enraciné avec les années et a permis d'ouvrir des portes insoupçonnées. Récoltant, au fil des ans, un total de 20 millions de kilos de vêtements et tissus, l'organisme Récupex a élargi sa mission en intégrant un programme de réinsertion sociale. C'est grâce à cette initiative que l'atelier de création et de confection de produits a ouvert ses portes. Un complément très apprécié qui s'ajoute à la vente des articles vestimentaires de la boutique t.a. f. i. & Compagnie.

« D'autres horizons »

Aidant pas moins de 1000 personnes, l'organisme donne une chance à ces travailleurs de rafraichir leur curriculum vitae, en plus de les appuyer dans leur recherche d'emploi intéressant. « Le programme d'insertion me permet de découvrir d'autres horizons, de voir les différents choix professionnels qui s'offrent à moi », souligne Dominic Bonin, un père de famille de la région. Sans oublier celles et ceux qui ont retrouvé le chemin de l'école, grâce à ce programme.

Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke, joint également sa voix à ce grand projet. Il salue le travail de Récupex, qui favorise une insertion pour ces personnes qui deviennent actives et productives pour la communauté tout en contribuant aux efforts de réduction de l'enfouissement. Il rappelle au passage les performances de Sherbrooke en matière d'environnement.

Faisant référence aux arbres de la première édition de L'Estrie met ses culottes, Guy Rancourt explique que l'équipe d'employés est comme les graines plantée, qu'ils sont le nerf de Récupex et que sans eux, le projet n'aurait pas pu être réalisé. « Tout cela a été rendu possible avec l'engagement des citoyens, qui demeure la sève de l'arbre dont nous voulons assurer la croissance au cours des années à venir », ajoute Michel Beaudry, président du conseil d'administration de Récupex.

L'événement L'Estrie met ses culottes se tiendra le samedi 7 mai, entre 8 h 30 et 15 h 30 à l'école secondaire Montcalm. Récupex remettra un arbre aux 800 premières personnes qui viendront porter un sac de vêtements, soulignant ainsi le 20e anniversaire en réitérant le geste incitatif de la première année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer