Une Job de fou thérapeutique

Les comédiens Patrick Bourassa et Jean-Marc Laprade s'échangent... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Les comédiens Patrick Bourassa et Jean-Marc Laprade s'échangent la réplique dans Job de fou, une pièce de théâtre qui illustre des situations d'entrevues d'embauche totalement inusitées.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une trentaine de personnes atteintes d'une problématique en santé mentale pratiquent depuis septembre leurs textes et leurs chansons pour présenter, dans le cadre de la Semaine nationale de la santé mentale, la pièce de théâtre Job de fou.

La représentation comprend une dizaine de sketchs. Des situations cocasses pouvant se produire dans un contexte de travail. C'est aussi une manière humoristique de dépeindre le rythme de fou qui doit souvent être maintenu dans la société actuelle et l'importance de respecter son propre rythme.

Entrecoupé de chansons, le texte a été écrit par Nicolas Roy avec la collaboration du romancier et slameur David Goudreault. Un projet réalisé avec les membres de La Cordée, à Sherbrooke, et le Centre l'Élan, à Magog, des ressources en santé mentale.

Il y a celui avec la personnalité narcissique qui voudrait jouer tous les rôles. L'anxieux qui doute à chaque instant de pouvoir monter sur scène. Et l'autre qui a de la difficulté à définir la frontière entre son personnage et sa propre personne.

Lorsque le théâtre est pratiqué par des personnes atteintes d'une problématique en santé mentale, la réussite passe autant par le processus qui conduit à la représentation devant public que par les applaudissements de la foule.

« C'est fragile, mais petit à petit ressort tout le potentiel de chacun. On a perdu des comédiens et des chanteurs en cours de route. On en a recruté d'autres. Le processus est très important et l'engagement des participants envers le projet est, en soi, exceptionnel. J'ai confiance que la magie opérera et que le travail portera ses fruits », estime l'auteur et metteur en scène Nicolas Roy qui jongle avec le « facteur humain » pour mener l'équipe de Job de fou à bon port.

Jouer avec ses problématiques

Jean-Marc Laprade a un trouble obsessionnel compulsif (TOC). Cela ne l'empêche pas d'adorer faire du théâtre. Avec La Cordée, il a même déjà fait un stand-up comic sur ses problématiques. Son rituel de brosse à dents, ses manies concernant son tapis de bain.

« Je suis fier, j'aime ça. J'aime touché l'être sensible. Ça me fait vibrer », raconte-t-il avec enthousiasme.

Jouer avec un TOC n'est pas toujours évident, mais cela a ses bons côtés. « Avant de m'asseoir sur une chaise, je pense au nombre de personnes qui se sont assises dessus avant. J'essaie de ne pas y penser ou sinon, je demande à quelqu'un de la nettoyer. C'est la même chose pour chaque accessoire. En même temps, je pratique et pratique mes répliques sans arrêt pour bien les apprendre », note M. Laprade.

Pour Patrick Bourrassa, c'est une première expérience théâtrale. « J'ai fait du karaoké, de l'animation et de l'improvisation, mais c'est la première fois que j'ai un texte assez complexe à apprendre. C'est un bon défi. J'ai vécu des moments lourds et des moments d'isolement. Depuis, je remonte la pente », explique-t-il.

« Et puis tu l'as bien. Je veux dire que tu réussis et que je suis fier de toi », l'encourage son complice de scène M. Laprade.

Schizophrènes, bipolaires, boderlines, anxieux ou dépressifs. Chacun doit se dépasser pour se rendre au bout de ce projet collectif. Et leur présence mérite en soi une ovation.

Job de fou est présenté à Orford Musique, le jeudi 5 mai à 19 h. Pour information ou réservation : 819 843-8885 ou 819 565-1226.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer