Une barrière au maintien en emploi

Mélissa St-Cyr-Morin, intervenante en santé mentale à La... (Archives La Tribune)

Agrandir

Mélissa St-Cyr-Morin, intervenante en santé mentale à La Cordée

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les troubles de santé mentale ajoutent des défis à ceux qui souhaitent faire partie de la population active. Les barrières à l'emploi diffèrent selon les problématiques de chacun.

« En général, ce qui est difficile, c'est le maintien en emploi. Souvent, ce n'est pas les compétences ou le savoir-faire des personnes, mais leur équilibre émotionnel et leur motivation qui posent problème. Par exemple, quelqu'un qui vit des dépressions cycliques aura de la difficulté à garder son rythme de travail », explique Mélissa St-Cyr-Morin, intervenante en santé mentale à La Cordée.

« De leur côté, les personnes qui vivent avec un trouble de personnalité limite auront parfois des problèmes relationnels avec les gens au travail. Il peut y avoir une difficulté au niveau de la gestion des émotions, une tendance à dépasser les limites des gens de l'entourage. Il y a beaucoup de tout ou rien », note l'intervenante.

D'autres personnes atteintes de problématiques en santé mentale ont de la difficulté avec la pression. « Les personnes anxieuses ne toléreront pas les emplois plus stressants avec des dates de tombée et des échéanciers. Une personne bipolaire travaillera jour et nuit et après ce sera complètement l'inverse. Alors ça prend souvent des emplois adaptés, mais pas toujours. Des personnes intègrent le marché du travail régulier avec des stratégies d'adaptation et la médication dans plusieurs cas », note Mme St-Cyr-Morin, ajoutant qu'il est préférable de fixer des objectifs réalistes pour que l'expérience soit positive.

Des ressources disponibles

L'intervenante note l'existence de certains services qui peuvent aider les personnes atteintes d'une problématique en santé mentale. Comme le service Préretour de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke qui offre un accompagnement ainsi qu'un suivi des jeunes adultes vers la formation, l'emploi ou la santé physique et mentale. Le Préretour oriente donc toute personne de 16 à 35 ans qui vit des difficultés ou a un projet, mais ignore quelles démarches entreprendre pour le réaliser, vers la ressource adéquate pour répondre à ses besoins.

Orientation Travail, une corporation à but non lucratif, offre des services de conseil d'orientation et d'emploi aux adultes en recherche d'emploi ou qui désirent réorienter leur carrière.

La Cordée a aussi son projet de développement de l'employabilité qui vise à occuper un emploi donné, pour une durée déterminée, dans le cadre des programmes d'Emploi Québec.

« Souvent les gens qui souffrent de maladies mentales sont isolés et ne connaissent pas ces services qui pourraient les aider à se rapprocher du marché du travail. C'est progressif, mais je crois vraiment à leur intégration », soutient Mme St-Cyr-Morin.

Selon Statistique Canada, un Canadien sur cinq sera aux prises avec une maladie mentale au cours de sa vie. 70 % des problèmes de santé mentale se déclarent durant l'enfance ou l'adolescence. Le fardeau économique de la maladie mentale au Canada est estimé à 51 milliards de dollars par année. Cette somme inclut les coûts des soins médicaux, la perte de productivité, et la réduction de la qualité de vie liée à la santé.

La maladie mentale touche les personnes de tout âge, de tous niveaux scolaires, de revenu et de toutes cultures.

Partager

À lire aussi

  • <em>Une Job de fou</em> thérapeutique

    Actualités

    Une Job de fou thérapeutique

    Une trentaine de personnes atteintes d'une problématique en santé mentale pratiquent depuis septembre leurs textes et leurs chansons pour présenter,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer