• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Pierre Karl Péladeau démissionne en tant que chef du Parti québécois 

Pierre Karl Péladeau démissionne en tant que chef du Parti québécois

Pierre Karl Péladeau... (Photo PC)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Pierre Karl Péladeau démissionne en tant que chef du Parti québécois (PQ) et député de Saint-Jérôme pour des raisons familiales.

Lundi, les députés péquistes ont été convoqués à une réunion téléphonique de dernière minute, sans en connaître le sujet.

L'homme de 54 ans était devenu chef du PQ le 15 mai 2015, il y a presque un an.

Il avait remporté la majorité des votes des membres du PQ dès le premier tour de scrutin, avec un résultat de 57,6 pour cent, succédant ainsi à Pauline Marois.

L'ex-grand patron de Québecor avait été élu député de la circonscription de Saint-Jérôme aux élections générales d'avril 2014.

Avant de se lancer en politique, il avait quitté la direction de son empire médiatique Québecor en 2013. Il était alors devenu le président du conseil d'administration d'Hydro-Québec, sans toucher de salaire, nommé par celle qui était alors première ministre péquiste, Pauline Marois.

Cinq citations du discours de départ de Pierre Karl Péladeau

Voici cinq citations tirées de la déclaration faite lundi par Pierre Karl Péladeau:

«Aujourd'hui, je suis devant une absence d'alternatives qui me force à faire un choix. Un choix déchirant entre ma famille et mon projet politique. Notre projet politique, qui est partagé par tant de citoyens. J'ai choisi ma famille.

«Je vous annonce à regret que je quitte immédiatement mes fonctions de chef du Parti québécois, de chef de l'opposition officielle et de député de Saint-Jérôme.

«J'aime profondément le Parti québécois, ses militants et ses députés. C'est un grand parti qui porte le projet fondamental de faire du Québec un pays et des valeurs profondes de défense des intérêts des Québécoises et des Québécois.

«Nous avons jeté les bases de la convergence des partis nationalistes et souverainistes. C'est un chantier important. Je fais confiance aux militantes et aux militants pour le continuer.

«Je demeurerai un militant du Parti québécois. Je suis convaincu que l'avenir du Québec, des Québécoises et des Québécois, passe par l'indépendance de notre nation.»

En vidéo

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer