Le manège militaire William serait sacrifié

Le manège militaire de la rue William, qui... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Le manège militaire de la rue William, qui a besoin de rénovations majeures, ne ferait plus partie des plans au ministère de la Défense nationale.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Au moment où les réparations aux manèges militaires Belvédère et William sont sur le point de commencer, les discussions à Ottawa entourant l'avenir de ces deux infrastructures militaires n'augurent rien de bon pour le manège de la rue William, a appris La Tribune au cours des derniers jours.

Selon une source bien au fait discussions tenues récemment au ministère de la Défense nationale, le manège militaire anglophone de la rue William ne ferait plus partie des scénarios envisagés quant à l'avenir des deux manèges.

Les deux bâtiments abritent présentement quatre unités de réserve des Forces armées canadiennes: les Fusiliers de Sherbrooke, les Sherbrooke Hussars, la 52e Ambulance de campagne et le 714e Escadron des communications. Celles-ci comptent au total près de 200 réservistes.

Jusqu'à tout récemment, trois scénarios étaient toujours sur la table, à savoir la mise à niveau des deux édifices, la fermeture d'un des deux sites ou encore la construction d'un tout nouveau manège militaire sur un autre site que ceux de William et Belvédère. Or, selon notre source, le scénario de mise à niveau des deux édifices aurait été écarté au profit d'un seul site, nous dit-on.

« Ça va être très difficile de sauver (le manège) William. On parle à ce moment-ci d'un plus gros chantier, mais qui toucherait uniquement le manège Belvédère», a indiqué cette source qui a requis l'anonymat, car aucune décision officielle n'a encore été prise.

Aucune raison n'a été évoquée quant au scénario qui favoriserait le manège Belvédère. Tout ce qu'on indique, c'est que les deux bâtiments ont été construits au début du siècle dernier (1904 pour le manège William et 1908 pour le manège Belvédère) et qu'ils présentent tous les deux des signes avancés de décrépitude.

Travaux en vue

Par ailleurs, La Tribune a appris que les travaux de 1,6 M$, annoncés avant le déclenchement des élections fédérales, sont sur le point de commencer, tant au manège William que Belvédère. Il s'agit essentiellement de travaux d'urgence qui n'ont rien à voir avec l'avenir définitif des deux bâtiments.

Au ministère de la Défense nationale, on précise que certains travaux concernant les moisissures au manège William ont été réalisés « en partie » et qu'ils ont permis « de régler les secteurs les plus problématiques », a indiqué Ashley Lemire, porte-parole du Ministère. « En ce qui a trait aux employés, ils ont été déménagés dans d'autres sections du manège afin de respecter notre priorité à l'égard de la santé et la sécurité des usagers », a-t-elle ajouté.

Des travaux de nettoyage et de rafraichissement de peinture sont prévus au cours de l'exercice financier 2016-2017. Certains travaux commenceront en mai pour s'échelonner jusqu'à la fin de l'année.

Parmi les projets extérieurs, on trouve la réparation des murs extérieurs au manège militaire William et le remplacement de la toiture du manège militaire Belvédère. Les travaux intérieurs dans les deux manèges comprennent des travaux d'élimination des moisissures, de remplacement de revêtement de sol, de construction d'une mezzanine et de rénovations des locaux intérieurs (peinture, plafond suspendu, réparation des murs et remplacement de portes).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer