La Maison Oxygène espère reconnaissance et financement

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La direction de la Maison Oxygène Estrie (MOE) espère qu'une récente déclaration de la ministre Lucie Charlebois fera bouger son dossier de financement.

L'annonce de la fermeture éventuelle de la MOE, en mars dernier, a suscité suffisamment d'émoi pour créer des répercussions jusqu'à l'Assemblée nationale.

Dans un premier temps, Jean-François Lisée, porte-parole de l'Opposition officielle en matière de services sociaux, s'est fait le messager des revendications du Réseau des Maisons Oxygène (MO).

En parallèle, sur la colline parlementaire, Sarah Gaudet, directrice générale de la Maison Oxygène Estrie, s'est jointe aux représentants du réseau MO pour demander une reconnaissance et un financement adéquat.

Propos rassurants

Bien que pour l'instant personne au gouvernement ne s'est engagé à prendre en charge le dossier et à faire en sorte d'assurer la pérennité des Maisons Oxygène, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, s'est faite rassurante, mentionne un communiqué de presse du réseau.

Mme Charlebois a mentionné que les MO représentaient une préoccupation pour son ministère et qu'elle s'engageait à ce que chaque MO puisse avoir les discussions appropriées avec le CIUSSS de leur région pour en arriver à une solution pérenne.

«Le Réseau MO demande quant à lui un interlocuteur au gouvernement avec qui il pourrait entreprendre les discussions appropriées aux différents enjeux spécifiques rencontrés par les Maisons Oxygènes au Québec pour ainsi faciliter l'obtention d'une reconnaissance et de financement adéquat auprès des CIUSSS des différentes régions impliquées», précise-t-on.

«Présentement, 11 organismes détiennent le libellé «Maison Oxygène». Toutefois, seulement une d'entre elles est reconnue au MSSS et, faute de financement, seulement sept sont présentement en activités dont celle à Sherbrooke qui est menacée de fermeture à très court terme».

Rappelons que le 16 mars dernier, la MOE, une ressource d'hébergement pour pères et enfants dans la région, lançait un cri d'alarme à la population pour amasser 25 000 $ à court terme pour continuer ses opérations au-delà du 31 mars.

La population a accueilli avec grande générosité cette demande d'aide et quinze jours plus tard, c'est plus de 28 000 $ qui furent amassés, offrant à la ressource un sursis jusqu'au mois de juin en attendant les réponses aux demandes soumises au CIUSSS de l'Estrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer