1,63 enfant par femme en 2015 en Estrie

Après avoir atteint un haut de vague en 2014, l'indice de fécondité était à la... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après avoir atteint un haut de vague en 2014, l'indice de fécondité était à la baisse en Estrie en 2015.

Selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), il se situait à 1,63 enfant par femme l'an dernier. Il avait atteint 1,67 l'année avant.

En 2005, l'indice de fécondité était à 1,59 enfant par mère.

Au Québec, la fécondité a poursuivi sa tendance à la baisse en 2015, pour une sixième année de suite, selon des données provisoires publiées mercredi par l'ISQ. Il y a eu 86 800 naissances au Québec en 2015, 1 pour cent de moins qu'en 2014.

L'indice synthétique de fécondité s'est établi à 1,60 enfant par femme, un peu plus élevé que le creux des indices d'il y a une quinzaine d'années et du milieu des années 1980. Il avait cependant été de 1,73 enfant par femme en 2008 et en 2009.

Au Centre-du-Québec, l'indice était à 1,80 enfant par femme en 2015. Il se situait à 1,86 l'année précédente et à 1,64 en 2005.

Diminution «légère» au Québec

Chantal Girard, démographe à l'ISQ, précise que la diminution observée d'une année à l'autre au Québec peut être qualifiée de «légère». «Ce sont des petites diminutions, mais qui font que depuis le sommet de 2008, 2009, il y a eu une perte d'un petit peu plus de 0,1. C'est un petit peu (de diminution) chaque année qui a mené à ce 1,6 là, finalement», dit-elle.

Avec un indice qui s'est situé entre 1,6 et 1,7 au fil des 10 dernières années, le Québec traîne de la patte, comparativement à des pays comme les États-Unis et la France, où on constate un indice de 1,8, 1,9 ou même deux enfants par femme en moyenne, selon Mme Girard, mais on ne parle pas d'un niveau anormalement bas.

«Quand on fait des comparaisons avec l'international, par exemple, des niveaux en bas de 1,5, ça s'observe plus dans les pays du sud de l'Europe, par exemple, en Espagne, en Italie, au Portugal ou en Europe de l'Est. En bas de 1,5 on commence à parler de niveaux qui sont très bas», précise-t-elle.

Si certains n'avaient pas hésité à parler de mini-baby-boom lorsque les données de 2006 à 2009 avaient été dévoilées, la démographe a toujours hésité à utiliser ce terme, qui décrit un phénomène à grande échelle qui a eu énormément d'impacts. Elle préfère plutôt parler d'une vague, qui s'est atténuée au cours des dernières années.

«On a vraiment une fécondité qui évolue par vague. La vague de 2006, 2007, 2008 semble avoir atteint son sommet, on est dans une période de diminution, mais qu'est-ce que l'avenir nous réserve, c'est plus difficile à dire», estime-t-elle.

Au cours des dernières années, il y a eu recul de la fécondité chez les femmes de moins de 30 ans, une relative stabilité chez les 30-34 ans et une hausse chez les plus de 35 ans. L'âge moyen à la naissance du premier enfant était de 29,0 ans en 2015, une tendance à la hausse qui se poursuit depuis plusieurs décennies.

«Il ne semble pas y avoir de ralentissement de cette tendance-là», constate Chantal Girard, qui ne serait pas étonnée de voir l'âge moyen à la naissance du premier enfant atteindre 30 ans éventuellement.

«On n'a pas de boule de cristal, mais disons que la tendance est encore pressentie pour être un déplacement de la fécondité à des âges un petit peu plus élevés», dit-elle.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer