Stationnements : le CIUSSS réévaluera sa tarification

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a entrepris un immense... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a entrepris un immense chantier afin de trouver une formule pour la tarification de ses nombreux terrains de stationnement.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a entrepris un immense chantier afin de trouver une formule pour la tarification de ses nombreux terrains de stationnement.

Un comité a été formé et celui-ci devait rendre un rapport au début du mois, mais devant la somme de travail, on a reporté d'un an la décision finale.

Donc, d'ici avril 2017, le statu quo demeure en ce qui concerne les tarifs ou la gratuité des stationnements de l'institution de santé unifiée.

«Nous prenons un an pour voir ce que nous faisons avec les tarifs de stationnement. D'ici là, c'est le statu quo», assure Marie-France

Thibeault, responsable des communications.

«Nous allons voir si nous pouvons harmoniser tout cela. Nous voulons que ça soit équitable. Nous avons une centaine de stationnements en tout.»

Près d'une vingtaine de personnes composent un comité de travail qui se penche sur l'épineuse question.

On leur a soumis un «document de travail» de huit pages, dont La Tribune a obtenu copie, qui explore toutes les possibilités.

Malgré cela, aucune décision n'a été prise, ajoute Mme Thibeault. «Il y a des stationnements où il n'y a aucun tarif. D'autres offrent 15minutes gratuites, d'autres 30minutes. Est-ce qu'il faut garder ça», se demande-t-elle.

«Il y a des choses intéressantes, par exemple, à Magog. Est-ce qu'on peut les étendre ailleurs? Au pavillon Argyll, on offre des vignettes de stationnement aux visiteurs de patients, parce qu'on veut favoriser les visites.»

On souhaite aussi explorer la possibilité de faire des économies, notamment pour le déneigement. Pourrait-on aller en appel d'offres pour le déneigement de tous les stationnements du CIUSSS de l'Estrie - CHUS à Sherbrooke?

En imposant une tarification, va-t-on provoquer un déplacement des voitures vers d'autres stationnements environnants moins chers ou dans les rues?, demande Marie-France Thibeault.

«Ce n'est pas une mince tâche, souligne-t-elle. Nous voulons aussi trouver des solutions vertes. Est-ce qu'on doit ajouter des navettes à partir de stationnements incitatifs?»

«Nous allons prendre l'année pour réfléchir. Nous pensons pouvoir donner le résultat en avril 2017.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer