Temps dur pour le travail de rue

La perte de subventions et d'aides financières a... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La perte de subventions et d'aides financières a créé un manque à gagner de l'ordre de 200 000 $ à la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue. Cette situation pourrait l'obliger à mettre à pied certains employés.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La direction de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue vit des heures angoissantes depuis qu'elle constate un déficit important dans son budget.

La perte de subventions et d'aides financières a créé un manque à gagner de l'ordre de 200 000 $. Cette situation pourrait l'obliger à effectuer des mises à pied.

« C'est la dernière chose que nous voulons faire », assure la directrice de la Coalition, Chantal Fortier.

« Il faut de six mois à un an pour intégrer un travailleur de rue dans un milieu. Nous travaillons souvent avec des gens qui sont méfiants. »

La Coalition sherbrookoise pour le travail de rue a perdu l'aide du Forum Jeunesse, organisme qui n'existe plus. Le ministère de la Sécurité civile et Condition féminine Canada ne financent plus ses activités. Tout comme le Cirque du Soleil.

Les salaires des travailleurs de rue représentent la majeure partie du budget de l'organisme, ajoute-t-elle. « Nous devons trouver une solution », ajoute Mme Fortier.

« Nous n'arrêterons pas nos activités demain matin. Mais nous avons des décisions à prendre. Les membres du conseil d'administration travaillent sur la situation. »

La direction de l'organisme lance une fois de plus un appel à la générosité de la population. On cherche à obtenir des sommes récurrentes pour le fonctionnement. « Nous faisons appel à tout le monde », lance-t-elle.

« Si des gens étaient désireux à faire des dons. »

L'hiver dernier, la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue montait au créneau pour ces personnes isolées et à risque d'itinérance en lançant au milieu le projet de mettre en place un centre de jour au centre-ville de Sherbrooke. Les autorités clamaient au même moment que les problèmes de santé publique au centre-ville, comme les troubles reliés à la santé mentale, sont grandissants.

Les gens de la coalition misent sur la quatrième édition du cocktail dînatoire de l'organisme. Grâce à la générosité des participants et commanditaires, l'an dernier la soirée a permis de remettre un montant de près de 85 000 $ pour la cause du travail de rue.

Cette année, le cocktail dînatoire aura lieu le 31 mai, à 17 h 30, et se tiendra au Complexe Le Baron de la rue King Ouest.

L'événement se déroulera sous la coprésidence d'honneur de Gervais Morier, des Industries Touch, et de Sébastien Morin, de la firme Immex Société Immobilière. La contribution est de 195 $ par personne et donne droit à un reçu à des fins d'impôt de 140 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer