Exclusif

Le Camp Val-Estrie ferme ses portes

Selon ce que La Tribune a appris, les... (La Tribune, Charles Beaudoin)

Agrandir

Selon ce que La Tribune a appris, les administrateurs d'Espaces Jeunesse, nom officiel de l'organisme à but non lucratif qui possède le camp Val-Estrie, effectueraient une restructuration financière et chercheraient à vendre la base plein-air de plus de 400 acres.

La Tribune, Charles Beaudoin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterville) Des problèmes financiers forceraient le Camp Val-Estrie à fermer ses portes vendredi pour une période indéterminée.

Selon ce que La Tribune a appris, les administrateurs d'Espaces Jeunesse, nom officiel de l'organisme à but non lucratif qui possède le camp, effectueraient une restructuration financière et chercheraient à vendre la base plein air de plus de 400 acres.

La directrice générale, Josianne Arès, a refusé de confirmer quoi que ce soit lorsque jointe par le journal, mais n'a pas nié les informations obtenues, se contentant d'affirmer qu'on en apprendrait davantage lundi matin, à 9 h, heure à laquelle un communiqué serait émis.

Plusieurs sources ont néanmoins confirmé que la dizaine d'employés permanents du camp de vacances situé à Waterville ont été convoqués par la direction vendredi dernier, en après-midi, où ils ont été renvoyés immédiatement et sans préavis. Deux employés demeureraient en poste jusqu'à vendredi le temps de respecter un contrat et d'accueillir un dernier groupe. Pendant l'été, le camp pouvait compter plus de 120 travailleurs.

Le Camp Val-Estrie recevait environ 30 000 enfants annuellement, dont 12 000 qui visitaient le site dans le cadre de sorties scolaires. En décembre, le président de l'Association des camps du Québec, Pierre Cartier affirmait d'ailleurs sur les ondes du 107,7 Estrie que l'annulation des sorties scolaires en raison des moyens de pression des enseignants a fait mal à plusieurs camps, dont celui de Waterville, puisqu'ils ne sont pas subventionnés.

« Les organismes sans but lucratif qui sont propriétaires de ces installations-là comme Val-Estrie ont non seulement à en assumer l'entretien, le maintien et la pérennité au niveau physique, mais aussi la santé financière au niveau de l'opération et la seule forme de revenus qui existe pour nous, c'est l'achalandage », soutenait M. Chartier.

Les administrateurs avaient pourtant annoncé l'an dernier pouvoir compter sur une aide d'un million de dollars de différents partenaires financiers, dont Desjardins, sur une période de trois à cinq ans. Plus de 200 000 $ ont été dépensés en 2015 pour effectuer des travaux sur les différentes infrastructures.

Le Camp Val-Estrie ne serait pas le premier à être vendu par Espaces Jeunesse. Presque à pareille date l'an dernier, soit le 23 mars 2015, le Camp Portneuf, situé sur les berges du Lac Sept-Iles et qui était aussi la propriété de l'OBNL a été acheté par une corporation sans but lucratif de St-Raymond. Le Camp Portneuf avait été acquis en 1994.

D'abord appelé l'Orphelinat Saint-Joseph, le Camp Val-Estrie fut fondé en 1942 par les Frères de Ste-Croix. De collège à centre psychoéducatif, ce n'est qu'en 1990 que le Camp Val-Estrie s'est transformé en base de plein air et en centre de vacances familiales. En 2011, le camp avait été honoré pour l'inauguration du Parc médiéval régional Val-Estrie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer