Taillefer souhaite à Fillion de trouver la sérénité

Alexandre Taillefer... (Archives La Presse)

Agrandir

Alexandre Taillefer

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre St-Arnaud
La Presse Canadienne
Montréal

Alexandre Taillefer ne se réjouit aucunement du congédiement de Jeff Fillion, bien au contraire.

«Quand il y a des choses comme ça qui arrivent à quelqu'un, personne ne peut se réjouir de ça», a-t-il déclaré à La Presse Canadienne alors qu'il procédait au lancement de l'application grand public de son entreprise Téo Taxi, à Montréal, jeudi.

Bell Média a montré la porte au controversé animateur de radio de Québec, mercredi, à la suite d'un gazouillis de mauvais goût de ce dernier au sujet du suicide du fils de M. Taillefer après que celui-ci se soit ouvert pour la première fois sur ce drame lors d'une entrevue télévisée.

M. Taillefer a malgré tout souhaité à Jeff Fillion de trouver une façon de se réinventer.

«Je souhaite à Jeff Fillion qu'il trouve une paix, une sérénité, qu'il trouve du positivisme et qu'il devienne un agent provocateur, mais positif et non pas un agent provocateur négatif; on n'a pas besoin de ça dans notre société», a déclaré l'homme d'affaires.»

«On a besoin de vivre ensemble et on a besoin de faire avancer les choses et de ne pas être négatif», a-t-il ajouté.

«Beaucoup de haine»

Alexandre Taillefer a révélé avoir été la cible du public de l'animateur, qui s'est manifesté avec encore moins d'élégance que son idole à la suite du congédiement.

«Jeff Fillion entraîne beaucoup de haine dans son sillage. Je n'ai jamais reçu autant de commentaires désobligeants, des commentaires méchants, des attaques personnelles de gens qui l'écoutaient. (...) Des centaines et des centaines de choses que je ne citerai même pas. Ça n'a aucun sens de lire des trucs comme ça», a-t-il expliqué, ne cachant pas sa surprise face à cette réaction.

L'animateur avait envoyé une lettre d'excuses à Alexandre Taillefer en début de semaine, qualifiant son gazouillis de «maladroit».

Dans cette lettre, dont le Journal de Québec a obtenu copie, Jeff Fillion affirme ne pas avoir voulu viser personnellement M. Taillefer et a expliqué que le gazouillis avait été «mal écrit, donc mal interprété».

Il affirme ne pas être «une personne méchante» et ajoute que, s'il ne partage pas «les mêmes idées sur le taxi», qu'il n'a «absolument rien contre» lui.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer