Le petit Arnaud a fait des pas de géant

Le petit Arnaud a fait d'immenses progrès au... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le petit Arnaud a fait d'immenses progrès au cours de la dernière année. L'histoire du bambin de Kinsey Falls avait fait le tour du Québec au tournant de 2015.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Kinsey Falls) Le petit Arnaud Bertrand de Kingsey Falls a eu deux ans en janvier. Bien qu'il accuse un important retard sur les enfants de son âge, il a commencé à marcher en décembre et prononce maintenant quelques mots. Tant de progrès qui ravissent les parents du petit bonhomme atteint d'une paralysie des cordes vocales.

« Sa corde de droite a commencé à bouger, se réjouit Annie St-Onge, la mère d'Arnaud. Ça nous donne beaucoup d'espoir pour la suite des choses, même si ça ne veut pas dire que son état continuera à s'améliorer. »

Le gamin peut prononcer des locutions simples comme « en haut » et « en bas », en plus d'imiter le cri de ses animaux favoris. Depuis qu'il est sur ses pieds, il se déplace sans arrêt, lançant la balle et frappant le ballon, comme le font les enfants de son âge.

« Il a perdu six mois pendant qu'il était à l'hôpital, c'est donc normal qu'il ait un peu de retard, mais il est très intelligent et très moteur, il s'améliore rapidement », constate le père d'Arnaud, Michel Bertrand.

Une étroite surveillance

Puisqu'il a une trachéostomie, le petit Arnaud fait toujours l'objet d'une surveillance conjointe de ses parents et du personnel infirmier du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Ces derniers se relaient jour et nuit afin de s'assurer que tout est sous contrôle.

«Son système immunitaire est faible, alors il attrape tout ce qui passe.»


Cette surveillance a d'autant plus été nécessaire que le garçonnet a été victime de plusieurs maladies au cours des derniers mois. 

« Son système immunitaire est faible, alors il attrape tout ce qui passe. Lorsqu'il a un rhume, il a des sécrétions abondantes qui requièrent des interventions fréquentes. Il est aussi à un âge où il est assez fort pour enlever sa canule ou la déplacer », explique Mme St-Onge.

On estime qu'il devra être surveillé pendant encore quelques années, le temps qu'il prenne conscience de son état et de l'importance de sa canule pour sa survie. Vers l'âge de cinq ans, il sera en mesure d'aviser ses parents d'un éventuel problème.

Des percées technologiques?

La famille Bertrand vit de l'espoir qu'un jour la recherche permettra au petit Arnaud de vivre sans trachéostomie. Leur médecin traitant à l'Hôpital de Montréal pour enfants a d'ailleurs fait état d'une nouvelle technique qui pourrait lui être salutaire.

« Ils parlent de mettre quelque chose entre ses cordes vocales afin de les stimuler et de voir si elles se mettront à bouger. Le fait que celle de droite bouge un peu nous donne espoir», dit la mère de famille.

Le petit Arnaud n'a pas eu à être hospitalisé au cours de la dernière année, ce qui a permis d'accorder une pause à ses parents. Rappelons qu'au cours de l'année 2014, ils ont dû faire le trajet entre leur maison de Kingsey Falls et l'Hôpital de Montréal pour enfants six fois par semaine. Son histoire avait fait le tour du Québec.

« C'était un véritable cauchemar, je ne sais pas comment j'ai fait. Maintenant, on s'y rend à l'occasion pour les suivis d'Arnaud et je trouve ça long », conclut Mme St-Onge.

Atteint d'une paralysie des cordes vocales à la naissance, le bambin a dû être opéré d'urgence pour une trachéotomie. Même si son état s'est stabilisé, il a été gardé sous surveillance pendant 13 mois à l'Hôpital de Montréal pour enfants.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer