Le propriétaire de Jay Peak accusé d'une «fraude massive»

Bill Stenger, président et chef de la direction... (Archives La Presse)

Agrandir

Bill Stenger, président et chef de la direction de la station JayPeak.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) L'État du Vermont ainsi que la Securities and Exchange Commission ont déposé des accusations de «fraude massive» contre le grand patron de la station de ski Jay Peak, Bill Stenger, ainsi qu'un proche collaborateur, Ariel Quiros.

Selon les informations rendues publiques par l'État du Vermont jeudi, MM Stenger et Quiros auraient utilisé 200 millions $ à des fins autres que celles prévues. Cet argent devait servir à financer des projets dans le nord-est du Vermont.

De plus, M. Quiros aurait lui-même pigé une somme additionnelle de 50 millions $ dans la caisse, et ce, pour financer des projets qui n'avaient pas reçu l'approbation des investisseurs.

Notons que, au fil des ans, les deux  hommes ont fait appel à de nombreux investisseurs étrangers pour financer leurs projets. Grâce au programme EB-5, ils pouvaient aisément trouver des dizaines d'investisseurs provenant de l'extérieur des États-Unis.

 

Créé par le Congrès américain en 1990, le programme EB-5 est administré par le U.S. Citizenship and Immigration Services (USCIS). Il permet à des résidents étrangers d'obtenir un permis de travail en sol américain contre un investissement d'au moins 500 000 $ dans une entreprise qui s'engagent à embaucher des travailleurs aux États-Unis.

 

Rappelons que la station Jay Peak a fait l'objet d'investissements très importants au cours des dernières années. Des dizaines de condominiums sont apparus dans le secteur du centre de ski, qui attire tous les ans plusieurs milliers de Québécois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer