• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Malversations: Charest ne peut nier sa responsabilité, dit Péladeau 

Malversations: Charest ne peut nier sa responsabilité, dit Péladeau

Pierre Karl Péladeau... (Archives La Presse)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

L'ex-premier ministre Jean Charest est responsable d'éventuelles malversations qui pourraient avoir été commises dans le financement du Parti libéral du Québec (PLQ), a déclaré mercredi le chef péquiste Pierre Karl Péladeau.

M. Péladeau est demeuré plus réservé dans ses propos que le député de Québec solidaire Amir Khadir, pour qui M. Charest est le «premier suspect» dans les allégations qui visent les activités du PLQ.

Dans un point de presse, M. Péladeau a estimé qu'à titre de chef du gouvernement libéral jusqu'en 2012, M. Charest ne peut pas nier sa responsabilité, qu'il ait ou non été informé de malversations.

«Moi, je pense qu'il devait savoir et s'il ne le savait pas, il a manqué à sa responsabilité de le savoir», a-t-il dit.

La députée de QS Françoise David a dressé le même constat que M. Khadir et que M. Péladeau, en évoquant les responsabilités de l'ex-chef libéral.

Mme David a d'abord minimisé l'importance des propos de M. Khadir, prononcés mardi, mais elle a ensuite reconnu à son tour que M. Charest est soupçonné dans ce dossier.

«Il y a eu des crimes, des crimes étant des fraudes, sous le Parti libéral du Québec et M. Charest, qui en était le chef, doit en assumer la responsabilité, a-t-elle dit. Il est le suspect numéro un au sens où ne peut pas tout le temps faire porter les responsabilités sur les subalternes.»

La semaine dernière, le premier ministre Philippe Couillard avait pris ses distances de l'époque où M. Charest était chef du PLQ.

M. Couillard s'était limité à accepter la responsabilité des pratiques «exemplaires» de financement qui ont suivi son arrivée en 2013.

Mercredi, M. Péladeau a affirmé que les audiences de la Commission Charbonneau ont permis d'en apprendre plus sur les activités de financement du PLQ, qui ont ciblé des entreprises dont les employés faisaient des contributions.

«Lorsqu'il y a quelqu'un qui s'appelle Marc Bibeau qui est en charge du financement du parti politique, il semble bien éventuellement que c'est M. Charest lui-même qui l'ait mis à son poste, bien, par définition et par voie de conséquence, effectivement, il ne pouvait pas l'ignorer», a-t-il dit.

Le chef caquiste François Legault a déclaré qu'il est difficile de porter un jugement sur la responsabilité de M. Charest, qui n'a pas été entendu à la Commission Charbonneau.

«On se demande encore pourquoi il n'a pas été entendu, a-t-il dit. On a entendu parler de son «bag man', Marc Bibeau. Donc, il y a comme une aura de suspicion mais, pour l'instant, on n'a pas ces preuves-là.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer