Le domaine des raëliens devient un camping

Le terrain de 275acres qui faisait office de lieu de rassemblement pour le... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Montambeault
La Tribune

(MARICOURT) Le terrain de 275acres qui faisait office de lieu de rassemblement pour le mouvement raëlien depuis plus de vingt ans, à Maricourt, a été vendu à des promoteurs montréalais. Le 27 mai prochain, les nouveaux propriétaires y ouvriront le camping Club Havana, un site hors du commun aux couleurs des Caraïbes.

«Ma conjointe et moi, ça faisait plusieurs années qu'on voulait avoir un camping, raconte le copropriétaire, André Tremblay. On allait souvent dans le Sud avec les enfants, dans les tout-inclus. On s'est rendu compte que les gens qui faisaient du camping l'été se retrouvaient souvent dans les resorts à Cuba l'hiver.»

Le couple décide alors de profiter de cette potentielle occasion d'affaires en achetant le vaste domaine de Maricourt pour en faire un camping cubain. «Quand on a vu le site des raëliens, on s'est dit que ça allait vraiment avec notre concept, à cause des bâtisses en béton qui étaient déjà là, de la grandeur du terrain, de l'amphithéâtre pour les spectacles, explique l'homme d'affaires. Tout fonctionnait.»

Recréer l'ambiance du Sud

Plus de deux millions de dollars ont été investis pour transformer le terrain en véritable tout-inclus digne des Caraïbes, version camping.

À l'entrée du site, un «lobby» avec comptoir en granite, pavés unis et fontaine centrale sera aménagé pour accueillir les campeurs. Ceux-ci pourront ensuite déguster un cocktail exotique dans la «méga piscine» avec bar intégré qui sera construite. Des palmiers venus de Floride finaliseront le décor.

«Une fois les gens enregistrés, tout sera compris sur le site : l'accès au gym, des cours d'espagnol, des leçons de salsa, de l'animation, des spectacles», énumère M. Tremblay.

Tous les soirs, une troupe cubaine de quinze danseurs et musiciens performeront sur la scène de l'amphithéâtre comptant 500 places. «Les membres de la troupe sont présentement à l'école là-bas pour apprendre le français», mentionne le propriétaire.

Les vacanciers auront accès à trois restaurants, dont un à la carte où l'on servira des plats typiquement cubains. «Un chef va faire cuire les grillades directement devant les gens, des musiciens vont venir chanter aux tables : vraiment la même chose que l'on vit dans le Sud!», s'enthousiasme M. Tremblay.

Cet audacieux projet comprendra 250 emplacements de camping, avec et sans service. Une douzaine de petites bâtisses seront transformées en «cabanas», des chalets tout équipés pouvant accueillir jusqu'à six personnes.

«On est en train de finaliser les terrains, dit le propriétaire. Dès que l'eau de la fonte des neiges va être partie, on va pouvoir continuer l'aménagement paysager, planter les palmiers. La construction de la piscine commence la semaine prochaine. Tout le reste est déjà en place.»

Dans une deuxième phase de développement, les entrepreneurs prévoient convertir le bâtiment principal en condos et en chambres d'hôtel.

Le maire de Maricourt, M. Robert Ledoux, voit cette initiative comme une «excellente idée», qui crée déjà un certain engouement dans la municipalité. «On en entend beaucoup parler alentour, souligne-t-il. C'est sûr que ça va amener du tourisme.»

Quant aux retombées économiques, le maire considère que celles-ci seront plus importantes pour la région que pour la municipalité, étant donné que Maricourt est «un très petit village, sans restaurant ni pompe à essence».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer