Un couple éprouvé remporte un mariage à donner

Après avoir pleuré ensemble des larmes de peine,... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Après avoir pleuré ensemble des larmes de peine, Mélanie Bureau et Georges-Étienne Milot ont pleuré des larmes de joie, vendredi, en apprenant qu'ils étaient les gagnants du concours organisé par Lyne Benjamin dont le grand prix est un mariage tout inclus.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Mélanie Bureau et Georges-Étienne Milot ont appris, hier, qu'ils remportaient le mariage tout inclus organisé par Lyne Benjamin. C'est leur histoire qui, parmi les 290 témoignages reçus, a le plus touché celle qui a décidé d'offrir, en cadeau, des noces à deux inconnus.

C'est Mélanie qui a entendu parler du concours lancé en février. Mais c'est Georges-Étienne qui a écrit la lettre racontant leur long trajet, qui débute à l'école primaire.

Georges-Étienne est en deuxième année lorsqu'il remarque «les jolis yeux bruns» de la soeur de son ami Marc. «On a tous grandi ensemble dans le quartier. À cet âge-là, je trouvais déjà Mélanie de mon goût, mais j'étais trop gêné pour lui dire. D'autant plus que c'était la soeur de mon ami», se souvient le futur marié.

Des années plus tard, Mélanie lui avoue qu'elle avait aussi, dès le primaire, le béguin pour lui.

Au début de leur vie adulte, la mort les frappe de près pour une première fois. Comme plusieurs jeunes de son âge, Georges-Étienne va vivre dans l'Ouest canadien quelque temps. Son copain, Marc, décide de faire pareil. Les amis d'enfance sont réunis, le temps d'une soirée où l'accordéon se fait entendre sur un air de Paul Piché.

«On va jamais y arriver», chante l'interprète québécois dans la chanson La rame.

Après avoir quitté, ce soir-là, son ami Georges-Étienne, Marc ne se rend jamais à sa prochaine destination. Il décède dans un accident de la route à l'âge de 21 ans.

À son retour au Québec, Georges-Étienne vit une période sombre. «C'est alors que le père de Mélanie, Marcel, m'invite à passer à la maison afin de discuter de tout et de rien. Et de Marc.» Georges-Étienne remet à Marcel l'accordéon, symbole de la dernière soirée partagée avec Marc. Lors de cette visite, le temps s'arrête lorsque son regard recroise celui de Mélanie.

«Marcel me parlait, mais je n'entendais plus rien.»

Entre leur premier rendez-vous amoureux et la naissance de leur premier enfant, peu de temps s'écoule.

Le secret des dieux

«Comme si on se vengeait du temps perdu à se vouloir dans le secret des dieux», écrit Georges-Étienne dans sa lettre.

Le premier de leurs cinq enfants s'appelle Marc-Antoine, en hommage à Marc.

Alexandre naît, 18 mois après l'aîné du clan. «La vie était à son comble. L'amour était rempli de bonheur et de couches puantes.»

Alexandre, c'est le fils artistique et sensible aux belles choses. Celui qui demande souvent à ses parents : «C'est quand que vous allez vous marier?»

Mélanie et Georges-Étienne ont pensé sérieusement se marier à deux reprises par le passé. La première fois, c'est après la naissance d'Alexandre. Mais Mélanie est retombée enceinte. Et puis, déjeuners, dîners, soupers, lavages, ménages. La vie quotidienne de la famille a fait en sorte que le projet a été reporté.

Le coeur arraché

En mars 2014, Alexandre a des malaises, des étourdissements. Il ne retourne pas à l'école après la semaine de relâche. Ses parents décident de consulter un médecin.

«C'est ici que la vie nous a arraché le coeur. Alexandre avait un cancer du cortex cérébral... incurable. Je n'ai pas pu comprendre le mot : incurable. Les médecins se trompaient certainement. Quelqu'un quelque part avait la solution. Alexandre allait vivre», raconte le père de famille.

Les médecins parlent d'une espérance de vie de 8 à 12 mois. «C'est à ce moment-là qu'on a pensé, pour une deuxième fois, se marier dans la chambre des soins palliatifs d'Alexandre pour qu'il soit présent», enchaîne Mélanie.

Mais les choses vont trop rapidement. Sept jours après son hospitalisation, Alexandre décède, le 28mars 2014. Il a 12 ans.

Le monde de Mélanie et Georges-Étienne s'écroule ébranlant du même coup la famille élargie, les camarades de classe d'Alexandre, tous les parents et les non parents qui ont vent du drame. Si soudain.

Deux ans se sont écoulés. Beaucoup de larmes ont coulé. Georges-Étienne a célébré ses 40ans en juillet. Et quand le tour à Mélanie est venu, en janvier, de passer le cap de la quarantaine, Georges-Étienne a fait, ou refait, la grande demande. Les larmes de peine se sont transformées en larmes de joie.

«On a décidé de faire quelque chose de bon pour nous et pour notre famille. D'apprendre maintenant qu'on gagne le mariage tout inclus, ça peut pas être plus merveilleux», se réjouit le couple.

«D'en haut, Alex et Marc seront nos garçons d'honneur, souriant devant l'amour enfin célébré», conclut le père dans sa lettre.

La femme derrière le cadeau d'amour

Lyne Benjamin lançait, en février, un appel à tous les couples désireux de se marier. Après avoir reçu un grave diagnostic, les mariages auxquels elle avait assisté lui avaient apporté tant de bonheur qu'elle souhaitait en redonner. En donner à des amoureux qui avaient traversé des moments difficiles et qui espéraient maintenant rebasculer du côté de la lumière en unissant leur destinée.

Près de 300 couples ont répondu à son appel. Lyne Benjamin a fait son choix et les gagnants ont appris la bonne nouvelle vendredi.

Quelques mois après s'être mariée, Lyne Benjamin recevait, en novembre 2014, un diagnostic qui allait assombrir sa lune de miel. Elle était atteinte de sclérodermie accompagnée du phénomène de Raynaud.

La sclérodermie, surnommée la maladie qui momifie, est une maladie chronique, potentiellement mortelle, qui touche quelque 16 000 Canadiens. Méconnue, la maladie s'attaque d'abord aux mains, et peut progressivement s'en prendre à tous les tissus mous du corps tels que la peau, l'oesophage, les reins, le foie, les poumons, le coeur.

À la suite du diagnostic, Lyne Benjamin traverse une période noire. Pour se remonter le moral, elle échange sur le site internet destiné aux futures mariées qu'elle a si souvent consulté alors qu'elle organisait son propre mariage. À force d'interagir avec les autres membres, elle se fait inviter à 15mariages en 2015.

Lors de ces mariages, elle retrouve de l'espoir. Dans les sourires et les yeux brillants de ceux qui vivent le plus beau jour de leur vie. Une joie partagée par tout un entourage aimant.

C'est ce bonheur retrouvé que Mme Benjamin souhaitait redonner à un couple d'inconnus en leur offrant gratuitement un mariage tout inclus.

Tout inclus, c'est la robe de la mariée et celles des filles d'honneur, le costume du marié, le photographe, la salle de réception, les décorations, le traiteur, la coiffure et le maquillage, les alliances, le gâteau, le disc jockey, le célébrant. Alouette. Le couple aura même droit à un feu d'artifice privé sur la chanson de leur choix.

« J'ai lu toutes les lettres et celle de Georges-Étienne m'a fait pleurer. On va se voir souvent dans les prochains mois. On va choisir une date et après, on va pouvoir aller essayer des robes blanches. C'est gratifiant de donner du bonheur, car c'est gratuit et ça fait du bien! » se réjouit Mme Benjamin qui remercie tous les partenaires qui se sont joints à elle pour offrir ce grand cadeau d'amour.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer