Les pubs ludiques arrivent en ville

Simon Nantel a profité du regain de popularité... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Simon Nantel a profité du regain de popularité des jeux de société pour ouvrir le pub ludique Montagu en décembre 2015 et la réponse de la clientèle a surpassé les attentes.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ismael Toulouse
La Tribune

(SHERBROOKE) Le jeu de société connaît presque son 2e âge d'or au Québec. Né en Europe, le phénomène des pubs ludiques a traversé l'Atlantique pour s'établir en Amérique du Nord.

Après le Snakes & Lattes de Toronto, premier au Canada, et le Randolph de Montréal, premier au Québec, voilà que Sherbrooke se joint au mouvement en ouvrant son premier pub ludique où on peut consommer nourriture et boissons alcoolisées autour d'un jeu de société. Le pub Montagu fêtait ses quatre mois d'existence le 1er avril.

«On a fait un événement à la Cathédrale dans le cadre du Dégustabière en octobre 2014. On voulait faire venir le Randolph pour faire une animation de jeux, mais au lieu de faire venir une entreprise de l'extérieur, j'ai décidé de m'associer avec le Griffon. On a installé une section jeux de société dans la cathédrale. Ça a pogné, c'était incroyable, les tables étaient tout le temps plein de gens», raconte Simon Nantel, propriétaire.

L'idée a germé et le 1er décembre 2015, le pub Montagu accueillait ses premiers clients au deuxième étage du bâtiment abritant Madame Pickwick puisque la Ville n'accorde que des permis de bar aux établissements situés à deux mètres au-dessus ou en dessous de la rue Wellington Nord.

Le concept est simple. Cinq dollars couvrent les droits d'entrée. Un animateur vient à la table pour connaître les envies des joueurs et recommande quelques jeux parmi les 320 disponibles. Une fois le choix fait, il explique les règlements et en moins de 15 minutes, les clients commencent à jouer.

«Les gens n'ont pas à lire les règlements ou prendre du temps pour savoir comment le jeu fonctionne, nos animateurs connaissent les jeux et les gens peuvent rapidement commencer à jouer. C'est plus pratique qu'un endroit où on fait juste mettre des jeux dans une armoire», indique Simon Nantel.

Parmi les jeux les plus populaires, on retrouve Cash & Guns, un jeu où les gens s'improvisent gangsters et se trahissent les uns les autres à coups de fusil en mousse.

«Souvent il y a un effet domino, les gens voient qu'une autre table a beaucoup de plaisir en jouant à un jeu et ils vont dire : "moi aussi je veux jouer à ça". On remarque que les gens délaissent les jeux traditionnels comme Monopoly et Destins par exemple pour d'autres jeux plus compliqués et ça démontre qu'il y a un intérêt de plus en plus important pour le jeu de société», raconte Simon Nantel.

D'ailleurs, depuis son ouverture, l'endroit enregistre un excellent achalandage.

«Les gens nous remercient et nous disent que ça manquait à Sherbrooke un endroit comme ça. Ça donne une nouvelle idée de sortie outre l'éternelle sortie cinéma, sortie resto, sortie bar. Une des raisons qui m'a beaucoup poussé à démarrer ça c'est que je voulais que les gens dépluggent. Les gens sont tout le temps branchés à leur téléphone. On dit aux gens : "lâchez vos appareils et amusez-vous ensemble, parlez-vous"», pointe M. Nantel.

La preuve, le pub ne possède aucun téléviseur et ne fournit pas le wi-fi aux clients. Dans le futur, l'établissement prévoit organiser des tournois, ajouter de nouveaux jeux à sa collection et peut-être doubler de capacité si les astres s'alignent. À court terme, il souhaite également s'équiper d'une enseigne, car son entrée est bien camouflée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer