Emballages Hood en lock-out

L'entreprise Emballages Hood emploie une centaine de syndiqués... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

L'entreprise Emballages Hood emploie une centaine de syndiqués à East Angus. Ils sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2016.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les travailleurs syndiqués de la compagnie Emballages Hood, à East Angus, dénoncent le lock-out décrété par leur employeur dans la nuit de jeudi à vendredi.

Vers 1 h 30, les membres de la section locale 847 ont été mis en arrêt de travail, annonce le syndicat Unifor dans un communiqué de presse.

Un peu plus tôt cette semaine, les membres avaient « très majoritairement » rejeté l'offre finale de l'employeur. Ils avaient par la même occasion confié un mandat d'exercer des moyens de pression pouvant mener jusqu'à la grève à leur comité de négociation, ajoute-t-on.

« Nous sommes déçus de cette manoeuvre patronale. C'est clair que l'employeur tente d'intimider les travailleuses et travailleurs », a commenté Sylvain Roy, représentant national d'Unifor.

En négociation depuis le 11 février et après seulement sept rencontres, les pourparlers se sont retrouvés dans une impasse.

Noeud du problème

Le noeud du problème repose sur « le refus de l'employeur d'inscrire dans la convention plusieurs des pratiques actuelles. Le fait est qu'au cours des dernières années, l'employeur a modifié à plusieurs occasions certaines façons de faire, entre autres les choix de machine/poste par les salariés, la distribution de vacances et la banque de temps pour reprise de congés ».

Et les offres monétaires patronales ont été jugées insuffisantes pour espérer obtenir une entente à ce moment-ci, d'où le rejet des offres, souligne le syndicat.

« À plusieurs occasions nous avons rencontré l'employeur pour faire respecter les ententes non écrites qui sont en place depuis plusieurs années et l'employeur répondait, c'est un droit de gérance, vous ferez vos demandes à la prochaine négociation. Maintenant qu'on y est, il refuse d'intégrer les demandes qui ne représentent pourtant que la pratique actuelle », a précisé Daniel Robert, président de la section locale.

« Une chose est certaine, c'est que nous allons nous mobiliser face à cette attaque. Déjà le piquet de grève s'organise et toute notre organisation syndicale est sur un pied d'alerte », a indiqué M. Roy.

Emballage Hood emploie une centaine de syndiqués. Leur convention collective est échue depuis le 31 mars 2016.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer