Mulcair a l'appui de Dusseault

S'il n'en tient qu'à Pierre-Luc Dusseault, Thomas Mulcair... (Archives, La Tribune)

Agrandir

S'il n'en tient qu'à Pierre-Luc Dusseault, Thomas Mulcair demeurera à la tête du Nouveau Parti démocratique, dimanche, lorsque les membres du parti seront appelés à se prononcer sur le leadership de leur chef.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) S'il n'en tient qu'à Pierre-Luc Dusseault, Thomas Mulcair demeurera à la tête du Nouveau Parti démocratique (NPD), dimanche, lorsque les membres du parti seront appelés à se prononcer sur le leadership de leur chef.

En entrevue à La Tribune jeudi, le député néodémocrate de Sherbrooke a déclaré qu'il votera contre une course à la chefferie, réitérant qu'il a entièrement confiance en Thomas Mulcair pour les mener à une victoire lors des prochaines élections fédérales.

« Tom fait un travail extraordinaire depuis son élection à la tête du NPD. Il a contribué énormément à la défaite du Parti conservateur lors des dernières élections en pointant leurs mauvaises politiques en Chambre et il est capable de le faire face aux libéraux. C'est le chef qui peut nous mener à prendre le pouvoir », a-t-il indiqué lors de son arrivée à Edmonton, où se tiendra le congrès biennal du NPD de vendredi à dimanche.

Rappelons qu'il s'agit d'une période critique pour le NPD, dont le caucus a été réduit à 44 députés lors du dernier scrutin en plus d'être relégué à la deuxième opposition à la Chambre des communes.

« La dernière fois, on a été très près de prendre le pouvoir et c'est évident que les membres ont été déçus, mais on a appris depuis, on a changé certaines choses et on sera prêts la prochaine fois. J'ai confiance en lui », a assuré M. Dusseault.

Si le seuil fixé par la constitution du parti est de plus de 50 % pour permettre à Thomas Mulcair de demeurer chef, la présidente du parti néodémocrate, Rebecca Blaikie, a avancé il y a quelques semaines un seuil de 70 % pour un vote de confiance suffisant. Sans vouloir chiffrer le pourcentage d'appui avec lequel il serait confortable, Thomas Mulcair a néanmoins confirmé plus tôt cette semaine qu'il espérait un « fort appui » pour permettre au NPD « de sortir du congrès uni pour continuer le combat pour un Canada plus juste ». Pierre-Luc Dusseault souhaite également que le résultat du vote « soit éloquent ».

« C'est bien qu'il ait mis cet objectif et c'est sûr que c'est ce qu'on souhaite, un résultat convainquant et éloquent. Ça renforce notre chef. Par contre, si l'appui s'avérait plus ou moins fort, il n'y aurait pas de gêne à avoir. Nous sommes le seul parti à tenir un vote de confiance aux deux ans et peu importe le résultat, il y en aura un autre en 2018. Ça permet aux membres de remettre en questions certaines choses au sein du parti et il y aura certainement des débats passionnants. »

Et si jamais le NPD doit déclencher une course à la chefferie, Pierre-Luc Dusseault soutient qu'il se ralliera à la décision majoritaire.

« C'est ce qui est beau avec notre formation. On n'a pas juste le mot « démocratique » dans notre nom, mais on l'applique également. »

En plus du vote de confiance envers leur chef, les membres du NPD sont réunis pour adopter plus de 160 pages de résolutions liées notamment à l'environnement, à la fiscalité et à la démocratie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer