Démystifier l'homosexualité et la bisexualité

L'organisme GRIS Estrie, qui a pour mandat de... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

L'organisme GRIS Estrie, qui a pour mandat de démystifier l'homosexualité et la bisexualité auprès des jeunes, a lancé mercredi sa deuxième campagne de financement. L'appel à la générosité afin d'atteindre l'objectif de 30 000 $ a été lancé par Myriam Pelletier Gilbert, présidente du conseil d'administration, Réjean Hébert, coprésident d'honneur, Soleil Laflèche, intervenante, Renelle Anctil, coprésidente d'honneur, et Louis-Philippe Hébert, intervenant.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Fondé il y a un an pour démystifier l'homosexualité et la bisexualité, l'organisme GRIS Estrie a effectué 175 interventions au cours de sa première année d'existence. Données à l'appui, l'organisme estime que le degré d'aisance et d'acceptabilité envers les personnes lesbiennes, gaies ou bisexuelles augmente après son passage dans les écoles ou auprès de groupes de jeunes.

L'organisme a lancé mercredi sa deuxième campagne de financement dont l'objectif a été fixé à 30000 $. Cette campagne est placée encore cette année sous la coprésidence d'honneur de Renelle Anctil, ancienne copropriétaire du RONA L'Entrepôt de Sherbrooke, et de Réjean Hébert, ancien ministre de la Santé et des Services sociaux et ex-député de Saint-François à l'Assemblée nationale.

L'an dernier, Mme Anctil avait profité du lancement de la première campagne de financement de GRIS Estrie pour dévoiler publiquement son homosexualité, tandis que M. Hébert avait fait de même quelque temps auparavant.

Depuis un an, le GRIS Estrie a ainsi pu colliger les données émanant de 2000 questionnaires remplis à la suite de ses interventions, notamment dans les écoles secondaires. «Ce qu'il en est ressorti, a indiqué Myram Pelletier Gilbert, présidente du conseil d'administration, c'est que le niveau d'aisance et d'acceptation des participants augmente après le passage des animateurs du GRIS.»

En tout, une trentaine de bénévoles intervenants homosexuels ou bisexuels formés à cet effet ont sillonné l'Estrie au cours de la dernière année.

Pour Renelle Anctil, l'approche du GRIS devient pertinente dans la mesure où elle agit sur la compréhension à l'égard de la différence.

«Cette compréhension, si on veut l'accélérer ou si on veut qu'elle soit pertinente, ça passe aussi par la formation et c'est précisément ce que fait le GRIS. Et il le fait au bon endroit, c'est-à-dire dans les écoles auprès des jeunes, qui représentent notre société du futur. On travaille donc au bon endroit de la bonne façon.»

Sur ce point, Réjean Hébert rappelle que l'adolescence est une période charnière dans le développement d'un individu.

«L'adolescence est une période où on veut se conformer au groupe. Or, lorsqu'on est soi-même différent, c'est difficile de révéler qu'on est gai ou lesbienne. Le GRIS a donc un rôle de démystification. D'abord en nommant ce qu'est l'homosexualité, la bisexualité, de rendre des témoignages, parce que ce sont deux animateurs qui sont eux-mêmes homosexuels qui vont devant la classe et qui répondent à toutes les questions...»

Afin de poursuivre sa mission, GRIS Estrie estime avoir besoin d'un coup de pouce financier de 30000 $ de la part de la population, d'où la campagne de financement lancée mercredi matin.

Les dons peuvent s'effectuer de deux façons : soit via le site web de l'organisme (www.grisestrie.org) ou en se procurant un billet pour le spectacle de l'humoriste Valérie Blais qui se tiendra le 27 mai à la salle Alfres-DesRochers du Cégep de Sherbrooke. L'achat d'un billet au coût de 40 $ donne droit à un reçu aux fins de l'impôt de 20 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer