À bas les mezzanines à l'école!

Ce sont des mezzanines comme celles-ci, aménagées à... (Tirée de la page Facebook d'Yves Nadon)

Agrandir

Ce sont des mezzanines comme celles-ci, aménagées à l'école Notre-Dame-du-Rosaire, qui sont visées par la directive de démolition de la CSRS. En tout, treize mezzanines disséminées dans sept écoles devront être démolies.

Tirée de la page Facebook d'Yves Nadon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) L'école Notre-Dame-du-Rosaire et six autres écoles primaires de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke devront démolir toutes les mezzanines qu'elles ont aménagées dans leurs classes, certaines depuis plus d'une décennie, afin de se conformer aux nouvelles normes de la Régie du bâtiment. Une décision que dénonce l'enseignant à la retraite Yves Nadon, qui est à l'origine de ces mezzanines visant à favoriser l'apprentissage des élèves.

M. Nadon a enseigné pendant 27 ans à l'école primaire Notre-Dame-du-Rosaire, située au pied du Mont-Bellevue. Lauréat de nombreux prix littéraires et pédagogiques, il est reconnu pour ses méthodes d'apprentissage par la lecture.

Il y a une dizaine d'années, celui-ci a fait réaménager sa classe de façon à la rendre plus conviviale pour ses élèves. Outre des mezzanines, on y retrouve plusieurs coins de lecture, ainsi qu'une baignoire sur pattes...

Depuis ce temps, d'autres enseignants de l'école Notre-Dame-du-Rosaire et de la CSRS ont imité l'idée lancée par M. Nadon. Des mezzanines ont ainsi été aménagées dans certaines classes des écoles Desjardins, Desranleau, Boisjoli, La Maisonnée, Alfred-DesRochers (Saint-Élie) et Jardin-des-Lacs (Saint-Denis-de-Brompton). En tout, 13 mezzanines sont visées par cette directive.

L'ordre de démolir les mezzanines fait suite aux vérifications effectuées lorsqu'une enseignante a demandé l'autorisation de pouvoir ériger une deuxième mezzanine.

«On s'est alors rendu compte que l'espace entre les mezzanines et le plafond était inférieur à huit pieds, comme l'exigent les normes du bâtiment pour les édifices commerciaux, a indiqué M. Nadon. Mais les enfants ne mesurent même pas deux mètres de hauteur!» s'étonne M. Nadon qui s'explique mal comment les normes commerciales peuvent s'appliquer à... une école.

«Je ne blâme pas la commission scolaire de faire respecter les normes, dit-il. Je dis seulement qu'on devrait avoir une réflexion plus large sur les normes qui doivent régir l'aménagement d'une classe. Il y a beaucoup de boulot, d'énergie et de réflexion de la part des professeurs pour rendre leur classe agréable et propice à l'apprentissage»,fait valoir Yves Nadon.

Sécurité des élèves

Tout en confirmant la décision de procéder à la démolition des mezzanines, la CSRS dit avoir examiné tous les scénarios possibles avant d'en arriver à ce verdict.

«Ce n'est pas une décision que nous avons prise de gaieté de coeur, précise Paule Corriveau, directrice des ressources matérielles. Nous avons fait beaucoup d'efforts avec nos spécialistes pour voir si on pouvait les conserver, mais compte tenu des nouvelles normes, il est très peu probable qu'on puisse le faire», ajoute Mme Corriveau en précisant que les inspections des 13 mezzanines en question ne sont pas encore complétées.

«Comme il s'agit de normes qui concernent la sécurité des élèves, on ne peut pas prendre de risques», ajoute Mme Corriveau en précisant que la décision s'appuie sur les normes imposées aux édifices publiques qui exigent une hauteur libre de 2,1 mètres entre le plafond et les mezzanines.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer