En conflit avec son DG: Hamm s'est adressée à la police

Une série de mesures ont été adoptées récemment... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Une série de mesures ont été adoptées récemment pour éviter que les tensions s'accroissent entre la mairesse de Magog Vicki May Hamm et son directeur général Armand Comeau.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Entretenant une relation conflictuelle avec le directeur général de la Ville de Magog, la mairesse Vicki May Hamm a rencontré des représentants de la Régie de police Memphrémagog, en décembre 2015, afin de leur exposer ce qu'elle vit avec le plus haut fonctionnaire de la municipalité.

Armand Comeau... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Armand Comeau

Archives La Tribune

Selon les informations obtenues par La Tribune, Mme Hamm considèrerait qu'Armand Comeau a tenté de l'intimider à quelques reprises depuis son embauche en 2010.

Contactée par La Tribune, la mairesse de Magog s'est refusée à tout commentaire concernant sa démarche. Elle s'est par surcroît abstenue de confirmer qu'elle a effectivement demandé l'aide des policiers.

Toutefois, une source a révélé que Vicki May Hamm a elle-même informé le conseil municipal qu'elle avait dénoncé certains gestes posés par Armand Comeau au cours des derniers mois et années.

De plus, le directeur de la Régie de police Memphrémagog, Guy Roy, a reconnu que la mairesse de Magog avait demandé à ce qu'on se penche sur la situation qu'elle affirme vivre. Mais il précise « qu'aucune enquête criminelle n'a été amorcée ».

Cela dit, la Régie de police Memphrémagog aurait contacté un cadre de la Ville de Magog pour lui exposer la situation. Une série de mesures ont été adoptées pour éviter que les tensions s'accroissent entre les deux dirigeants de la Ville.

Vicki May Hamm et Armand Comeau ne doivent plus se rencontrer sans qu'une troisième personne les accompagne.

On leur demande également de se vouvoyer en tout temps et d'éviter de se toucher.

Rappelons que M. Comeau a lui aussi porté plainte récemment. Il s'est adressé à la Commission des normes du travail afin que celle-ci fasse cesser le harcèlement psychologique dont il serait victime au travail.

Il a soumis sa plainte dans la foulée de la suspension que lui a imposée le conseil municipal de Magog en janvier. Les allégations qui ont mené à sa suspension se sont avérées « non fondées ».

D'autres plaintes

Alors qu'il travaillait à Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, le directeur général de la Ville de Magog avait également déposé une plainte pour harcèlement devant la Commission des normes du travail. Il avait plus tard tenté de convaincre la Commission des normes du travail qu'il avait été victime d'un « congédiement déguisé », mais sans succès.

Par ailleurs, Armand Comeau est poursuivi par le conseiller municipal Jean-Guy Gingras pour diffamation. Le directeur général aurait affirmé devant témoins que M. Gingras faisait l'objet d'une enquête de l'Unité permanente anti-collusion, ce qui a vivement déplu au principal intéressé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer