Ensaf Haidar raconte Raif Badawi, son amour

Ensaf Haidar lève le voile sur son histoire... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Ensaf Haidar lève le voile sur son histoire et celle de son mari dans un livre en anglais qui sera bientôt lancé à Londres. La version française suivra ultérieurement.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'histoire de Raif Badawi a fait le tour du globe. Avec le livre Raif Badawi : The Voice of Freedom. My husband, our story, Ensaf Haidar veut faire connaître l'homme derrière le blogueur, aujourd'hui prisonnier d'opinion.

Ensaf Haidar s'envolera bientôt pour Londres, afin d'assister là-bas au lancement du livre qui relate son histoire d'amour et celle de son conjoint. «Tout le monde aide Raif, connaît Raif, mais les gens ne connaissent pas Raif personnellement... Ils ne connaissent pas Raif le père, le mari... mon amour.»

En plus d'assister au lancement de la version anglophone du livre à Londres, elle en profitera pour rencontrer les militants d'Amnistie internationale. Elle doit aussi s'arrêter à Washington, et un lancement est également prévu à Montréal le 14 mai.

Ensaf Haidar s'est livrée à l'auteure Andrea C. Hoffman, qui a rencontré la Sherbrookoise d'adoption pendant environ deux semaines. «J'ai dit toute mon histoire avec une interprète.» L'oeuvre est d'abord sortie en Allemagne en 2015.

«Maintenant, il va sortir en Angleterre et aux États-Unis. Je retournerai en Europe en mai pour la version francophone», précise Ensaf, dans un français de plus en plus assuré. Elle raconte d'ailleurs dans le récit qu'elle parle maintenant suffisamment français pour se débrouiller dans cette langue. C'était loin d'être le cas lorsqu'elle a dû s'asseoir sur les bancs d'école en 2013, se remémore-t-elle en rappelant tous les changements auxquels elle a dû faire face.

«Son moral n'est pas bon, sa santé n'est pas bonne. C'est toujours négatif.»


Dans les pages du récit à paraître en français, elle s'interroge sur l'issue de son combat, vacillant parfois entre espoir et désespoir. Est-ce qu'elle et tous leurs supporteurs à travers le monde arriveront à faire libérer Raif? s'interroge-t-elle tout haut. Elle a une certitude, cependant : ses enfants et elle se battront jusqu'à leur «dernier souffle» pour faire libérer l'homme de leur vie.

Quelles nouvelles a-t-elle de son mari?

«J'ai des contacts avec Raif. Ce sont toujours les mêmes choses, se désole-t-elle en entrevue. Son moral n'est pas bon, sa santé n'est pas bonne. C'est toujours négatif.» 

La mère de trois enfants espère que la publication ramènera l'histoire de son mari à l'avant-scène. 

Raif Badawi a été emprisonné en 2012. Les autorités saoudiennes lui reprochent des propos qu'il a tenus sur son blogue. Ses écrits soulevaient des questions sur les moeurs en Arabie saoudite, par exemple sur la place faite aux femmes. 

Un recueil de ses écrits, intitulé 1000 coups de fouet parce que j'ai osé parler librement, a été publié. 

Accusé notamment d'insulte à l'islam, il a été condamné à 10 ans d'emprisonnement, 1000 coups de fouet, une interdiction de quitter le pays et une amende de près de 300000 $. Son avocat, Walid Abu al-Khair, est aussi emprisonné. Raif Badawi avait été flagellé une première fois en janvier 2015, sa peine devant être administrée à coup de 50 fouets. L'imposition de la peine a cessé depuis, mais les proches du prisonnier d'opinion craignent que celle-ci recommence.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer