Legault dénonce un «manque de jugement» de Sam Hamad

François Legault... (Archives La Presse)

Agrandir

François Legault

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

(LONGUEUIL) Le chef de la Coalition avenir Québec François Legault estime que Sam Hamad a « manqué de jugement » en s'entourant de Marc-Yvan Côté, qui avait été banni du Parti libéral du Canada plusieurs années plus tôt. Mais il croit que le premier ministre Philippe Couillard a autant « manqué de jugement » en réitérant sa confiance en son ministre.

En conférence de presse à Longueuil, dimanche, le chef caquiste réagissait pour la première fois depuis l'annonce de Sam Hamad, président du Conseil du trésor, qui a décidé de se retirer temporairement du cabinet pendant la durée de l'enquête du Commissaire à l'éthique et à la déontologie à son sujet.

M. Hamad s'est retrouvé dans l'eau chaude, la semaine dernière, lorsque l'émission Enquête a rendu publics des courriels écrits par Marc-Yvan Côté qui semblaient démontrer que le ministre du Développement économique à l'époque aurait contribué à pousser l'octroi d'une subvention à l'entreprise Premier Tech, dont M. Côté était vice-président.

En annonçant son retrait samedi, M. Hamad a réfuté les allégations, précisant qu'il n'avait fait que son travail de ministre « en travaillant à soutenir une entreprise québécoise ».

Selon M. Legault, « le moins qu'on puisse dire », c'est que Sam Hamad n'a pas bien fait de « maintenir des liens » avec M. Côté et M. Couillard n'aurait pas dû donner « toute sa confiance » envers son ministre avant même de connaître les résultats de l'enquête du Commissaire.

Il a ajouté que le premier ministre Couillard préférait « protéger son amitié » avec Sam Hamad et le Parti libéral plutôt que d'agir « comme un vrai premier ministre du Québec ».

« Les Québécois ne sont pas dupes. Ils voient très bien que ce stratagème est inacceptable, puis indirectement M. Couillard se retrouve à protéger Marc-Yvan Côté alors que le Parti libéral du Canada l'avait banni à vie », a-t-il lancé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer