Sévigny muet; Gravel et Godbout surpris

Le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny a refusé de commenter les documents... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny a refusé de commenter les documents obtenus par La Tribune, si ce n'est qu'il attendra d'avoir « toutes les informations » avant de prendre la parole lundi. Il a toutefois été permis d'apprendre qu'il savait que des contraventions avaient été délivrées en 2014. Les candidats qui l'ont affronté en 2009, Hélène Gravel et François Godbout, ignoraient que des contributions illégales leur avaient été versées.

Au bout du fil, celle qui est passée à une centaine de voix de devenir mairesse en 2009, Hélène Gravel, ne cachait pas sa surprise d'apprendre que des contraventions avaient été distribuées pour des dons qu'elle a touchés. « Je n'étais pas au courant. C'est la première nouvelle que j'en ai. Je ne me suis pas occupée du financement. Je ne connais pas M. [Jean] Guité, mais ça m'intéresse d'en savoir plus. »

Mme Gravel rapporte qu'il est arrivé qu'une personne lui ait tendu une enveloppe pendant sa campagne électorale. « J'avais refusé. Je pense que je l'avais dit publiquement de toute façon. C'est certain que c'est le genre de chose qui se produit, mais la personne en question est aujourd'hui décédée. »

Hélène Gravel recommandait de parler avec Laurent-Paul Maheux, qui a travaillé comme responsable du jour de l'élection pendant sa campagne. Elle se proposait de faire la même chose. « Je n'en ai jamais entendu parler, rapporte M. Maheux. Je connais un peu M. Guité de nom, mais je ne pourrais pas mettre un visage. Je ne me souviens pas qui était responsable du financement pendant la campagne, mais j'ai fait de la politique pendant 38 ans et je n'ai jamais fait de financement de cette façon-là. Personne ne m'a approché pour m'offrir de l'argent en échange de contrats non plus. »

François Godbout semblait tout aussi surpris que Mme Gravel. Il est aujourd'hui établi à L'Annonciation, dans les Laurentides. « Vous m'assommez! Je n'ai jamais entendu parler de ça. Tous mes papiers étaient en règle et je n'ai jamais eu d'avis du Directeur général des élections du Québec (DGEQ). Mon seul contact chez S.M. est un ami de longue date. »

M. Godbout affirme ne pas avoir remboursé les 6000 $ qui lui avaient été versés. « Je ne peux pas rembourser quand je ne sais pas que je dois de l'argent. Je n'ai jamais vu ça passer et je n'ai jamais été approché pour du financement illégal. La confiance et l'éthique vont de pair. Je n'aurais jamais accepté une proposition de financement illégal. Je travaille au Brésil depuis 25 ans et on dit que la corruption y est importante, mais mon équipe n'est jamais embarquée dans quelque chose comme ça. »

François Godbout ajoute qu'il ne se cache pas et qu'il est facile à trouver. Il collaborera avec le DGEQ si nécessaire. « Quand je me suis présenté à la mairie, c'était pour apporter quelque chose à la communauté. Personne ne m'a demandé de faveur. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer