Le TDAH reste stable à travers le temps et les différentes nations

Le trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) affecte environ... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) affecte environ 5 % de la population d'âge scolaire et contribue à un mauvais rendement scolaire, à des troubles de comportement et à des difficultés dans les relations familiales et avec les amis, selon Statistique Canada.

Malgré l'impression de plusieurs, ce taux de prévalence serait comparable à celui des décennies passées. « Ce sont les exigences de nos sociétés qui ont changé au fil des ans. Il y a 30, 40 ou 50 ans, on n'exigeait pas que nos enfants aillent aussi longtemps à l'école et soient aussi performants. Ils pouvaient très bien quitter l'école au cours du primaire ou du secondaire et se débrouiller très bien dans la vie, par exemple, en travaillant à la ferme. Aujourd'hui, on exige un secondaire 5 au minimum, alors les troubles de déficit ressortent davantage », explique le neuropsychologue Benoît Hammarrenger, ajoutant que le taux de prévalence serait le même d'une nation à l'autre bien que, encore une fois, les exigences envers les enfants et leurs parcours scolaires divergent d'un continent à l'autre.

« La disponibilité des parents joue aussi un rôle. Avec deux parents qui travaillent et sont souvent pressés, les enfants sont moins supervisés. Ils doivent être plus autonomes au cours de leur parcours scolaire prolongé, alors les troubles sont encore une fois plus apparents », ajoute celui qui est directeur d'un centre d'évaluation et de réadaptation cognitive qui traite plus de 600 enfants par an dans la grande région de Montréal. Les enfants atteints de TDAH représentent environ 70 pour cent de sa clientèle.

« Maintenant, on a une étiquette : TDAH. Avant, on disait que l'élève était plus agité ou moins doué. Maintenant, on comprend ce que signifie un TDAH et on sait que c'est un trouble neurologique qui, selon les études, est génétique dans 75 pour cent des cas », souligne le Dr Hammarrenger.

Environ 70 pour cent des jeunes ayant un TDAH répondent très bien à la médication. « Cette statistique tient pour acquis que les jeunes ont reçu le bon diagnostic, car souvent quand un enfant ne réussit pas à l'école, on pense à un TDAH, mais le manque de concentration peut être lié à bien d'autres choses », note M. Hammarrenger en soulignant que l'immaturité, la dépression, l'anxiété ou la malnutrition peuvent aussi avoir un impact sur la concentration.

L'expert a déjà vu passer dans son bureau des enfants qui, comme Olivier, manifestent une volonté de prendre de la médication, mais ce n'est pas la norme. « L'idée vient plus souvent des parents ou des professeurs, car les enfants voient souvent la médication comme la preuve qu'il y a un problème et qu'ils ne sont pas normaux. Le fait qu'un enfant demande la pilule dénote la conscience qu'il y a une difficulté et démontre une ouverture en ce qui a trait à la problématique. L'enfant désire passer à l'action pour améliorer les choses. Maintenant, il faut voir si l'effort n'est pas la solution dans certains cas », résume le Dr Hammarrenger.

Les symptômes du TDAH apparaissent habituellement entre trois et cinq ans, mais sont généralement plus prononcés à l'école primaire et persistent souvent à l'âge adulte. En fait, le diagnostic persiste à l'adolescence chez environ 75 pour cent des cas, selon Statistique Canada, et à l'âge adulte chez environ 50 pour cent des cas. « C'est encore une fois une question génétique, car à ce jour, tous les programmes d'entraînement de la concentration se sont avérés inefficaces. La concentration ne fonctionne pas comme les muscles », relate le neuropsychologue.

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke n'a pas de statistique concernant le nombre d'enfants ayant un TDAH.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer