La commotion cérébrale démystifiée à du Phare

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Devant les craintes qu'inspirent dorénavant les commotions cérébrales après la poursuite intentée par plus de 4500 joueurs contre la NFL et le film Commotion, qui s'en est inspiré, Allen Champagne fait la tournée des écoles gratuitement pour rassurer parents et enfants et promouvoir le football.

L'ancien joueur de première division en NCAA s'est arrêté à l'école du Phare, samedi, pour prodiguer conseils et techniques à une dizaine de joueurs des Patriotes afin qu'ils puissent devenir de meilleurs joueurs, mais surtout des athlètes soucieux de leur santé.

« Il y a beaucoup de sensibilisation qui est faite et je crois qu'il faut travailler en prévention. Pour prévenir les blessures, il faut enlever la tête du contact. On ne dit pas aux jeunes de ne plus jouer au foot, on leur dit que c'est possible de le faire de façon plus sécuritaire, d'utiliser davantage ses hanches et ses mains, par exemple. On forme aussi une base pour qu'ils sachent reconnaître lorsqu'un coéquipier est blessé afin de le sortir du jeu si c'est nécessaire », indique le natif de Sherbrooke, qui est étudiant à la maîtrise en neurosciences à l'Université Queen's à Kingston, en Ontario.

Avant d'entamer un mémoire

à l'Université Queen's, Allen Champagne a évolué quatre ans avec les Tar Heels de l'Université de la Caroline du Nord. S'il n'a jamais subi lui-même les affres d'une commotion cérébrale, il a constaté maintes fois ses effets chez des coéquipiers, ce qui l'a incité à contacter Kevin M. Guskiewicz, le doyen de la faculté de la Science et du sport de NCU et sommité en la matière afin de se joindre à ses projets de recherche sur les effets des coups à la tête.

« J'ai été chanceux de ne jamais en avoir, mais j'ai eu beaucoup de coéquipiers qui ont dû passer à travers différents processus. Étant un joueur de football, c'est ma passion, c'est ma vie et c'est une opportunité de mettre mes deux passions ensemble. Il y a beaucoup de gens qui veulent réduire la pratique du football à cause des commotions, et de travailler sur ces études, c'est ma façon de faire la promotion de mon sport. C'est mon devoir de m'impliquer et montrer aux gens qu'on peut changer le jeu. »

« Le football, c'est un sport de contact, mais tu peux diminuer le risque. On veut aussi éduquer les parents, pour leur dire que c'est (la commotion) une blessure comme les autres et que si elle est bien traitée, on diminue grandement les risques de séquelles à long terme. Si tu te blesses au genou et que tu ne traites pas correctement, tu auras aussi des problèmes plus tard. La problématique des commotions est seulement plus récente et on la comprend un peu moins, mais je peux aider les joueurs à prolonger leur carrière sans hypothéquer leur futur. »

La clinique s'est donné en compagnie des joueurs du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke Alexandre Gagnon, Charles Brousseau, Jean-Raphaël Moisan et Pierre-Alexandre Cordero et s'est avérée une journée éducative fortement appréciée par les joueurs de du Phare, même si elle se déroulait un samedi.

« Je n'avais jamais vraiment entendu parler des commotions cérébrales et de se le faire expliquer comme ça, de savoir que ça peut survenir très facilement et d'apprendre que ça peut amener des séquelles qui vont te suivre toute ta vie si tu ne prends pas le temps de bien la traiter, c'est marquant », mentionne Cédric Boudreau.

« On a appris autant qu'on a appris aux jeunes. Ça été une très belle journée et d'enseigner le foot en même temps que de promouvoir la sécurité des jeunes, c'est de joindre l'utile à l'agréable », a noté Pierre-Alexandre Cordero.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer