• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Centres jeunesse : les délais ne sont pas exagérés, dit la direction 

Centres jeunesse : les délais ne sont pas exagérés, dit la direction

Il y a certainement des aspects du travail... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Il y a certainement des aspects du travail de terrain à améliorer, mais les délais de traitement des cas signalés aux Centres jeunesse ne sont pas exagérés, explique la direction.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Palnte
La Tribune

(SHERBROOKE) Il y a certainement des aspects du travail de terrain à améliorer, mais les délais de traitement des cas signalés aux Centres jeunesse ne sont pas exagérés.

« Les délais dans ce type de cas... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

« Les délais dans ce type de cas sont toujours trop longs explique Alain Trudel, directeur de la protection de la jeunesse en Estrie. Le syndicat veut qu'on engage des gens, mais il faut dans un premier temps qu'il y ait des gens sur la liste de rappel. »

Archives, La Tribune

C'est de la sorte qu'a réagi Alain Trudel, directeur de la protection de la jeunesse (DPJ) en Estrie, à la sortie publique de mercredi du Syndicat du personnel du centre jeunesse de l'Estrie (SPCJE).

Rappelons que le syndicat affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN dénonçait ces délais beaucoup plus longs que les exigences ministérielles prescrites. En Estrie, il faut attendre plus de 57 jours entre le traitement d'un signalement et l'évaluation-orientation, soit le premier contact entre l'intervenant du centre jeunesse et l'enfant ou la famille. Ce délai ne devrait pas dépasser huit jours, mentionne le syndicat.

Or, il faut mettre tout cela dans le contexte, dit M. Trudel. « Oui il y a des délais et on doit travailler à les réduire », dit-il.

« Les délais dans ce type de cas sont toujours trop longs. Le syndicat veut qu'on engage des gens, mais il faut dans un premier temps qu'il y ait des gens sur la liste de rappel. »

M. Trudel mentionne qu'on a embauché du nouveau personnel, par exemple l'automne dernier, mais qu'il a fallu les former. Cela prend un certain temps. Non, les délais de traitement des cas en Estrie ne sont pas parmi les plus longs au Québec. Non plus, les questions de budget ne sont pas en cause ici.

« Le syndicat a été assez honnête pour dire que les cas urgents sont traités rapidement. Quand il y a abus physiques ou sexuels de l'enfant, nous agissons », assure le gestionnaire.

« Nous recevons 2000 appels par année. Nous en retenons 45 pour cent. Si nous avons affaire à un ado de 17 ans et demi qui prend de la drogue et qui n'écoute pas ses parents, ça se peut que les délais soient plus longs que dans le cas d'un enfant de cinq ans en difficulté. »

La réforme mise en place l'automne dernier a changé le tableau en cette matière, explique Alain Trudel. Cette large fusion en santé en services sociaux dans la grande région des Cantons-de-l'Est vient modifier la façon de travailler des intervenants, souligne-t-il.

« Ce que nous voulons, c'est que les cas soient traités au bon moment par le bon intervenant, comment-t-il. Ça ne passe pas toujours par la DPJ. Quand on reçoit un signalement, l'information doit être traitée. Il y a du travail à faire auprès des écoles, des policiers et des intervenants qui sont en contact avec l'enfant. Il ne faut pas penser que la DPJ débarque immédiatement de même. »

« Des fois, les délais, ça peut être positif. Quand ils voient qu'il y a un certain délai, les gens trouvent des solutions. Ils vont s'arranger entre eux. »

Enfin, M. Trudel insiste pour dire qu'il salue le travail des gens oeuvrant en protection de la jeunesse dans la région. Ceux-ci se retrouvent sous les projecteurs surtout quand des événements négatifs surviennent, mais cela n'est pas représentatif des accomplissements de tous les jours des intervenants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer