Des étoiles dans les yeux des aînés

Inutile de s'en remettre à de quelconques études... (Photo fournie)

Agrandir

Inutile de s'en remettre à de quelconques études scientifiques: favoriser les liens entre les générations procure sont lot de bienfaits. Non seulement pour les aînés, mais aussi pour les plus jeunes.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Inutile de s'en remettre à de quelconques études scientifiques : favoriser les liens entre les générations procure sont lot de bienfaits. Non seulement pour les aînés, mais aussi pour les plus jeunes.

C'est ce que démontre, depuis septembre, le succès remporté par le projet intergénérationnel que vivent les résidants du Centre d'hébergement de Weedon et les élèves de l'école primaire Notre-Dame-du-Sacré-Coeur de Weedon.

Tous les mois depuis la rentrée d'automne, à raison d'une journée ou deux par semaine, les élèves franchissent les portes du Centre d'hébergement afin de participer à des activités destinées à favoriser les liens entre les générations. Des thèmes comme la cuisine, le bricolage, les technologies, les traditions, etc. y sont abordés. Les fêtes telles que l'Halloween et Noël ont aussi servi de prétexte au rapprochement.

En fait, depuis la mise sur pied de ce projet, l'équipe du Centre d'hébergement de Weedon dit constater des résultats positifs, notamment sur la participation des résidents aux activités physiques.

« C'est un projet qui a eu de nombreux effets positifs, explique l'éducatrice spécialisée Auréanne Dolbec, qui est aussi responsable du projet. J'ai vu des étoiles briller dans les yeux de nombreux résidants. J'ai aussi vu des résidants, plus solitaires, qui n'avaient pas l'habitude de participer aux activités sociales, sortir de leur chambre lorsqu'ils savaient que les enfants étaient là. Une résidante m'a aussi dit : ''Je veux être là lorsque les enfants vont venir. Même si j'ai mal partout, je veux que tu viennes me chercher, parce que ça me redonne de l'énergie'' », raconte avec enthousiasme Auréanne Dolbec.

Les impacts positifs d'un tel projet ne se sont pas fait sentir uniquement parmi les résidants du CHSLD. C'est le cas aussi des élèves de l'école Notre-Dame-du-Sacré-Coeur, a constaté l'éducatrice spécialisée.

« Pour certains élèves, c'était un premier contact avec des personnes âgées, puisque leurs grands-parents sont dans la cinquantaine. Pour eux, c'était une réalité qu'ils ne connaissaient pas nécessairement. Et l'empathie qui s'est formée était belle à voir... ».

Même si le projet est terminé pour cette année, Auréanne Dolbec s'est dite convaincue de pouvoir le remettre en branle l'automne prochain.

« Nous avons tellement eu une bonne collaboration avec la direction de l'école et l'enseignante de 6e année, Marie-Ève Péloquin, qu'on souhaite reprendre le projet à l'automne », a exprimé Mme Dolbec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer