Le ski de printemps bat son plein

Ils étaient près de 160 à attaquer les... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Ils étaient près de 160 à attaquer les bosses, les courbes relevées et les tremplins du parcours du Racoon Downhill du mont Orford.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ismael Toulouse
La Tribune

(SHERBROOKE) Les dernières neiges abdiquent et se replient vers les hauteurs. Le mont Orford reste l'un des seuls repères de l'hiver qui lutte pour repousser de quelques jours le printemps.

La période la plus attendue pour bien des skieurs est enfin arrivée. Le ski de printemps bat son plein au mont Orford. Les tables de piquenique au pied des pistes débordent de gens. Avec le bar extérieur, les stands de nourriture et la musique qui résonne, il y a moyen de travailler son bronzage dans une ambiance festive après une journée dans les pentes.

Le Racoon Downhill était de retour pour une troisième année avec son parcours de courbes relevées, de bosses et de tremplins. La compétition alliant slopestyle et skicross a attiré près de 160 personnes qui, pour l'occasion, ont revêtu leurs plus beaux costumes.

« C'est une façon de compétitionner et d'avoir du plaisir. Il y a différents prix, ce n'est pas juste pour la vitesse. C'est l'évènement parfait pour clore la saison », racontent Philippe Cabana et William Bouchard au fil d'arrivée.

À l'instar du ski de bosse, la formule combine descente chronométrée et pointage pour le style. Les plus téméraires démontrent leur talent aérien sur le saut final, au bonheur des spectateurs.

« Ça se passe super bien, c'est sécuritaire avec les courbes serrées, les gens arrivent avec une bonne vitesse pour le dernier saut. On n'a eu aucune blessure à date, c'est très important pour nous », explique la chiropraticienne Katherine Bergeron, qui veille à la sécurité des participants.

Tour de force

Fait indéniable, l'hiver aura demandé un véritable tour de force aux gestionnaires de la montagne. Il aura fallu une reconstruction quasi complète du parc à neige pour tenir le Golden Crown, un évènement de ski slopestyle, la semaine dernière. À la veille du Racoon Downhill, la pluie s'acharnait encore sur la montagne.

« Ça fait partie de la vision de la montagne d'avoir beaucoup d'évènements. S'il n'y avait pas eu de pluie vendredi, on aurait probablement eu plus de monde. On sent que les gens ont un peu décroché surtout parce qu'il y a peu de neige dans les centres urbains. Par contre, les amateurs sont toujours là », explique Luc Chapdelaine, directeur général de la station du Mont-Orford.

Éloïse, 7 ans et demi, et son père, Julien Rosset, de Montréal, ont profité de la fin de semaine pour faire une dernière sortie au soleil avant de ranger les skis dans la garde-robe.

« C'était très le fun, on n'a pas eu froid, il fait très beau. C'est notre deuxième fois à Orford, il y a de beaux dénivelés. »

« C'est une tradition ici le ski de printemps. Les conditions sont belles, il y a du soleil et de la chaleur. Tous les éléments sont réunis », ajoute Charles Dumas.

Le Mont-Orford prévoit être ouvert jusqu'à la fin de semaine prochaine au minimum, mais sera fermé ce mardi de manière préventive en raison des conditions météorologiques.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer