Le CRE embauche des orthophonistes

L'embauche de deux orthophonistes à temps partiel, pour... (Archives La Tribune)

Agrandir

L'embauche de deux orthophonistes à temps partiel, pour l'équivalent de cinq jours par semaine, contribuera à diminuer la longue liste d'attente pour les enfants d'âge préscolaire, particulièrement ceux âgés de 5 ans.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre de réadaptation Estrie (CRE) a embauché des orthophonistes afin de pallier partiellement le déficit de ressources professionnelles disponibles pour répondre à la forte demande pour ce service. L'embauche de deux orthophonistes à temps partiel, pour l'équivalent de cinq jours par semaine, contribuera ainsi à diminuer la longue liste d'attente pour les enfants d'âge préscolaire, particulièrement ceux âgés de 5 ans.

La Tribune publiait, fin février, que le nombre maximal de rencontres en orthophonie au CRE était passé de 20 à 15 entre 2015 et 2016. La direction justifiait cette diminution des services par une augmentation des demandes pour ce service et une pénurie de personnel.

« L'embauche des orthophonistes, qui vont offrir des services jusqu'à l'été, va permettre de réduire la liste d'attente des enfants âgés de 5 ans. Nous sommes confiants que la majorité des enfants de 5 ans se trouvant sur la liste d'attente recevront soit un suivi, soit une évaluation-conseils », a commenté Mario Morand, directeur des programmes déficience intellectuelle, trouble du spectre de l'autisme et déficience physique.

Malgré ces embauches récentes, la réduction du nombre maximal de rencontres (qui est passé de 20 à 15 pour certains enfants et de 15 à 10 pour d'autres) est maintenue.

« Les réductions du nombre de rencontres de suivi entamées avant Noël pour certains types de profil langagier se poursuivront en dépit de l'embauche d'orthophonistes. Cette réorganisation des services demeure requise pour nous permettre de répondre à la hausse importante de clientèle et d'offrir des services à un maximum d'enfants de 5 ans », ajoute M. Morand qui note que pour les enfants des autres groupes d'âge, les offres de service sont maintenues à la même intensité qu'avant les Fêtes.

Rappelons qu'en janvier, 42 enfants de 2 à 3 ans étaient sur une liste d'attente, 14 enfants de 4 ans et 98 enfants de 5 ans.

Impact de la réduction des rencontres

« Il est évident que la réduction du nombre de rencontres aura un impact sur les enfants. Les enfants qui sont référés dans les centres de réadaptation sont ceux qui ont besoin d'un suivi à long terme. Et actuellement, certains d'entre eux n'auront droit qu'à une évaluation-conseils qui consiste à deux ou trois rencontres », a commenté Émilie Moisan-De Serres, présidente de l'Association québécoise des orthophonistes et des audiologistes.

« On parle ici de service de première ligne, pas de service de deuxième ligne. Et c'est normalement les CLSC qui gèrent la première ligne », ajoute-t-elle.

Mme Moisan-De Serres s'inquiète de l'impact de la réduction des services sur l'apprentissage des enfants. « Il est difficile, en si peu de temps, d'offrir un service de qualité. Et c'est prouvé qu'une intervention précoce est importante pour les enfants ayant des troubles de langage. »

«Une pénurie de postes et non d'orthophonistes»

« On ne peut plus vraiment parler de pénurie d'orthophonistes au Québec comme c'était le cas il y a une dizaine d'années. Aujourd'hui, on parle davantage d'une pénurie de postes au sein du système public. Il y a aujourd'hui plusieurs finissants en orthophonie qui doivent combiner un emploi dans le secteur privé à leur emploi dans le secteur public pour remplir leur semaine. D'autres exercent entièrement dans le secteur privé faute de postes dans le secteur public », a souligné Émilie Moisan-De Serres, présidente de l'Association québécoise des orthophonistes et des audiologistes (AQOA).

Au 31 mars 2015, l'Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ) comptait 2337 orthophonistes, dont 89 en Estrie. Si on retourne cinq ans en arrière, l'OOAQ comptait 1766 orthophonistes au Québec dont 62 en Estrie, pour une hausse de 44 pour cent en Estrie comparativement à 32 pour cent pour la province. Aussi, l'OOAQ prévoit que le nombre d'orthophonistes atteindra 3000 au 31 mars 2016.

« Le nombre d'ouvertures de poste dans le système public n'a pas suivi la forte hausse des demandes, alors les listes d'attentes se sont allongées. Les centres de réadaptation revoient maintenant leurs offres de services à la baisse pour tenter de répondre à un maximum de demandes », résume Mme Moisan-De Serres.

La direction du Centre de réadaptation Estrie (CRE) déclarait récemment que l'augmentation de demandes de services pour les enfants de 5 ans avait augmenté d'environ 40 pour cent pour la dernière année.

« En général au Québec, les enfants attendent beaucoup au public. Le Rapport sur les temps d'attente repères pour l'orthophonie pédiatrique, rédigé par l'Alliance pancanadienne des associations d'orthophonistes et d'audiologistes, parle d'un temps d'attente de 3 mois pour les enfants de 4 à 6 ans alors que, selon mes observations, le temps d'attente tourne autour d'une année à une année et demie au Québec », explique Mme Moisan-De Serres.

Ceux qui peuvent se permettent d'aller au privé n'ont plus à attendre, comme c'était le cas il y a une dizaine d'années, mais ce n'est pas tout le monde qui peut choisir cette solution, souligne la présidente de l'AQOA.

En Estrie, on compte un orthophoniste pour 3595 habitants ou 27,8 orthophonistes par 100 000 habitants, une donnée qui se compare aux 27,9 orthophonistes par 100 000 habitants décomptés pour l'ensemble de la province, selon le rapport annuel de l'OOAQ.

La région de Montréal compte le plus d'orthophonistes par 100 000 habitants avec 37,5 et le Nord-du-Québec en compte le moins avec 9 orthophonistes par 100 000 habitants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer