Expo-Sciences: les grands honneurs pour Les dents de la mère

Grâce à son projet intitulé Les dents de... (Photo Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Grâce à son projet intitulé Les dents de la mère, Olivier Blais, 13 ans, a mis la main sur le premier prix Hydro-Québeclors de la finale régionale de l'Estrie de l'Expo-Sciences dimanche.

Photo Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) On ne trouve pas toujours les requins là où l'on pense. Alors que plusieurs craignent toujours de se faire croquer une jambe par des squales même lorsqu'ils se baignent dans leur piscine hors terre, ce sont plutôt ces derniers qui ont tout lieu de s'inquiéter des humains.

« Contrairement à ce qu'on voit dans Les Dents de la mer, de Steven Spielberg, ça va être plutôt nous, les hommes, qui allons consommer des requins et qui allons entraîner leur perte, explique Olivier Blais. On dit qu'environ 100 millions de requins sont tués par an, soit trois requins par secondes, ce qui est vraiment énorme. »

L'élève de première année du secondaire résumait le projet qui venait de lui permettre de mettre la main sur le premier prix Hydro-Québec lors de la finale régionale de l'Estrie de l'Expo-Sciences.

Au cours des trois derniers jours, le jeune homme de 13 ans vulgarisait, par l'entremise de son projet intitulé Les dents de la mère, la biologie de ces poissons qui en terrifient plus d'un ainsi que les apports que les scientifiques espèrent en soutirer.

« Je parlais des requins, de ce qu'ils vont nous apporter dans la vie de tous les jours. Ça parle de pharmacologie, de la biologie, de comment sont faits les requins », résume celui qui aimerait devenir océanographe ou spécialiste en santé animale.

« Je suis un peu ému »

Preuve de tous les efforts mis dans son projet au cours des derniers mois, Olivier n'a pas pu s'empêcher de verser quelques larmes lorsqu'on l'a déclaré grand vainqueur de l'Expo-Sciences devant les spectateurs rassemblés au Centre culturel de l'Université de Sherbrooke pour l'occasion.

« Je suis très content d'avoir gagné. Je suis un peu ému. C'est un prix qui m'est très cher et j'espère continuer beaucoup plus loin, me rendre aux internationaux et me rendre au bout de mes rêves. »

C'est un total de 147 exposants qui ont présenté leur projet scientifique à près de 2000 visiteurs. Plus de 45 000 $ en prix, en bourses et participations ont également été versés pour encourager la relève scientifique.

Le Prix du public est allé à Marilou Morin-Denis, 17 ans, et Coralie Gagnon, 16 ans, de l'École de la Montée, pavillon Le Ber, pour leur projet Lait Bactéries, avec lequel il mettait notamment de l'avant les risques pour une femme enceinte de boire du lait non pasteurisé.

Au provincial

En plus d'Olivier Blais, neuf autres exposants représenteront l'Estrie lors de la Super Expo-Sciences, la finale provinciale. Il s'agit de Béatrice Drolet-Sénéchal, 15 ans, (Zika : l'apocalypse?), Gerry Nour Chamaa, 19 ans, (Une perspective nébuleuse), Marion Thénault, 15 ans, (Qubit : dompter l'électron), Aleksa Jakovljevic, 16 ans, (Rester sur la bonne voie), Marilou Morin-Denis et Coralie Gagnon (Lait Bactéries), Marianne Drolet-Sénéchal, 16 ans, (La loterie quantique), Julien-Pierre Houle, 13 ans, (Vivre sur mars pour les nuls) et Nicolas Gagnon, 18 ans, (Ovation) seront du 22 au 24 avril au Club de curling Aurèle-Racine, à Sorel-Tracy, pour faire la lutte aux meilleurs projets du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer