5620 $ pour la famille d'Élissa au Spin-O-Don

Une vingtaine de personnes ont tenu un Spin-O-Don... (Photo Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Une vingtaine de personnes ont tenu un Spin-O-Don dimanche au Studio Boomerang situé rue King Ouest, à l'initiative de la journaliste Anne Préfontaine, récoltant pas moins de 5620 $ pour venir en aide à la famille de la petite Élissa Grondin, qui est en attente d'une greffe cardiaque.

Photo Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Avec l'objectif d'alléger les soucis financiers de la famille de la petite Élissa Grondin, une vingtaine de personnes ont tenu un Spin-O-Don dimanche, récoltant pas moins de 5620 $.

« On est vraiment contents de la réception des Sherbrookois, qui ont été hyper généreux, souligne Anne Préfontaine, journaliste à TVA Nouvelles et l'une des organisatrices du cardiovélo. Cet argent-là, ça va grandement aider les parents. Ils vivent des moments émotifs extrêmement douloureux et on voulait leur donner un coup de pouce pour qu'ils puissent souffler un peu au niveau financier. »

« Élissa a eu toutes les complications possibles avec le coeur de Berlin. Elle a eu des hémorragies, des complications pulmonaires, etc. Ils ont toujours une épée de Damoclès au-dessus de la tête; c'est une situation extrêmement difficile et c'est une épreuve de vie épouvantable. C'est une façon de montrer qu'on est avec eux et qu'on les supporte. C'est une vague d'amour. »

Rappelons qu'Élissa Grondin, âgée de cinq ans, est hospitalisée à l'Hôpital Sainte-Justine depuis septembre. La fillette a subi des complications la veille de Noël qui l'obligeaient depuis à être branchée en permanence et à recevoir un apport en oxygène 24 heures sur 24. Son coeur ne fonctionnait plus qu'à 13 % de ses capacités et sa situation était critique, ce qui a obligé l'équipe médicale à lui installer un coeur mécanique, dit coeur de Berlin. Elle figure en tête de liste pour recevoir une transplantation cardiaque. Un coeur pour un enfant pesant au au plus 23 kg (50 livres). Entretemps, ses parents se relaient à son chevet et ne travaillent plus afin d'en prendre soin. S'ajoutant aux préoccupations de la famille, le père d'Élissa, Patrick Grondin, reçoit les deux tiers de son salaire alors que les prestations de chômage de la mère d'Élissa, Josée Scantland, qui est entraîneuse professionnelle, arrivent à leur fin.

« En plus, quand Élissa recevra sa greffe, elle va nécessiter des soins et sa mère se transformera en infirmière et devra rester avec elle, ajoute Anne Préfontaine. Élissa va avoir une quarantaine de médicaments à prendre, des médicaments qui ne sont pas tous couverts par les assurances. Et ils ont aussi un autre enfant dont ils doivent s'occuper. »

S'ils sont heureux du soutien qui leur est offert, les parents d'Élissa demeurent malgré tout beaucoup plus préoccupés par la sensibilisation des gens au don d'organe que par leur situation financière, mentionne Mme Préfontaine, qui s'entraîne avec Josée Scantland depuis sept ans.

« Ce qui est primordial pour elle, c'est qu'on trouve un coeur pour sa fille. Il n'y a personne qui est à l'abri de ça et c'est pourquoi c'est important de pousser la réflexion avec nos familles respectives. »

Le Spin-O-Don est terminé, mais ceux qui souhaiteraient faire un don peuvent toujours le faire de manière sécuritaire par le biais du site GoFundMe.com en tapant Élissa Grondin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer