Budget Leitao: un changement de cap, selon Alain Wesbter

Selon une estimation sommaire, Alain Webster évalue que... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Selon une estimation sommaire, Alain Webster évalue que le budget de fonctionnement de l'Université de Sherbrooke pourrait augmenter entre 1,7 % et 2,5 %.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le budget Leitao annonce clairement un changement de cap, estime Alain Webster, vice-recteur aux relations gouvernementales de l'UdeS. M. Webster se réjouit tout particulièrement de l'aide spécifique de 3 M$ accordée à la stratégie Innovation Partenariat Entrepreneuriat par le gouvernement. Les fonds annoncés pourraient également permettre de compléter le Laboratoire de simulation clinique (LSC), une infrastructure pour les étudiants et les professionnels du milieu de la santé.

Le budget Leitao annonce clairement un changement de... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Le budget Leitao annonce clairement un changement de cap, estime Alain Webster, vice-recteur aux relations gouvernementales de l'UdeS. 

Archives, La Tribune

Il est rare qu'on voie des mesures budgétaires qui ciblent des projets spécifiques dans le budget, observe M. Webster à propos de l'aide versée à la stratégie d'innovation.

Celle-ci, qui regroupe d'autres partenaires, vise notamment à accentuer le maillage entre l'entrepreneuriat et la science afin de soutenir l'innovation. La Ville de Sherbrooke y a consacré 6 M$.

En table éditoriale à La Tribune, le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny s'est aussi réjoui de l'aide financière accordée par Québec à ce projet puisque Sherbrooke est une ville universitaire.

En hausse de 1,7 à 2,5 %

Selon une estimation sommaire, Alain Webster évalue que le budget de fonctionnement de l'Université de Sherbrooke pourrait augmenter entre 1,7 % et 2,5 %.

En comparaison, au cours des dernières années, le budget de fonctionnement avait été réduit de 10 %, en tenant compte de l'inflation.

Le budget provincial donne les grandes orientations économiques. C'est une fois qu'elles auront les règles budgétaires que les universités pourront mieux cerner les impacts sur leurs activités.

« On s'attend à être dans un modèle où on ne sera plus en compression. Après les coupes, on essaie de stabiliser la situation. »

Il cite des « éléments intéressants » sur des projets d'investissement, comme « la réhabilitation de structures de recherche ».

Même s'il n'a pas tous les détails, il estime que des fonds pourraient être débloqués pour compléter le LSC, une infrastructure de l'UdeS et du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Le laboratoire permet par exemple de recréer une salle d'opération ou l'environnement des soins intensifs, pour simuler l'apprentissage de certaines techniques.

Le scénario initial comptait trois phases : Fleurimont, l'Hôtel-Dieu et Longueuil. L'implantation à l'Hôtel-Dieu a toutefois été mise sur la glace en raison du contexte budgétaire.

Les plateformes de Longueuil et de Fleurimont sont fonctionnelles, mais n'ont pas encore été inaugurées. L'UdeS attendait toujours un financement de Québec.

L'implantation prévue à l'hôpital Hôtel-Dieu, quant à elle, avait été mise sur la glace en raison du contexte budgétaire.

Les profs déçus

Par voie de communiqué, la Fédération québécoise des professeurs d'université (FQPPU) a dit accueillir le budget « avec une grande déception ».

Elle déplore le sort réservé aux crédits accordés aux organismes subventionnaires, « qui ne seront accrus que de 0,1 % en 2016-2017 ».

À ce sujet, M. Webster estime que ces sommes pourraient être complétées par d'autres formes de financement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer