Dégel: le maire de Coaticook en colère contre le MTQ

Le dégel printanier combiné à la circulation de... (Photo fournie)

Agrandir

Le dégel printanier combiné à la circulation de transports lourds, notamment en milieu rural, contribuent à rendre de nombreux chemins de terre périlleux, voire impraticables.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) Comme chaque année, le dégel printanier contraint les municipalités à fermer ou à restreindre l'accès à certains chemins ruraux devenus impraticables et Coaticook ne fait pas exception à la règle.

Parallèlement, durant cette période, le ministère des Transports (MTQ) applique une restriction des charges pour les véhicules lourds afin de tenir compte de la capacité portante plus faible du réseau routier.

En 2016, la période de dégel a été fixée du 14 mars au 13 mai pour la zone 1 qui comprend l'Estrie.

Or, le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux, reproche au ministère de ne pas avoir tenu compte du printemps hâtif afin de devancer la période de dégel et ainsi limiter les dommages causés aux routes et chemins.

« Depuis une bonne semaine que le printemps s'est installé et que les chemins défoncent, dénonce M. Lamoureux. Si les gens du MTQ ne se promènent pas en campagne, ce n'est pas mon problème, mais nous devrions avoir le pouvoir de restreindre ou d'interdire l'accès à nos chemins. »

De fait, « pour des raisons d'harmonisation provinciale, une municipalité ne peut établir des règles différentes à l'égard des limites de charges en période de dégel, tout comme elle ne peut modifier les dates du début et de la fin de la période de dégel », peut-on lire dans le guide La circulation des véhicules lourds sur le réseau routier municipal du MTQ.

Suivi serré

Du côté du ministère des Transports, on assure que le « Ministère suit de près la progression du dégel dans les chaussées afin de déterminer les périodes de restrictions de charges pour chacune des zones et de s'ajuster aux situations climatiques exceptionnelles.

L'usage d'un réseau de stations météoroutières et de sondes thermiques (installées dans les chaussées) permet d'évaluer l'impact des variations des températures sur le dégel et ainsi ajuster la période d'application des restrictions de charges. »

À preuve, de 2008 à 2015, le début des périodes de dégel fixées par le MTQ pour la zone1 se situe entre le 5 mars (2012) et le 31 mars (2014), soit le début le plus tardif enregistré depuis 1977, alors que le début le plus hâtif remonte au 25 février 1981.

Quant à la durée de la période de dégel fixée par le Ministère, elle se situe entre 41 jours (2010) et 68 jours (1981).

La réalité des chemins forestiers

« Le problème que nous avons à Coaticook, comme un peu partout en province, c'est que la majorité de nos chemins de terre sont des anciens chemins forestiers, révèle Vincent Barriault, chef de division Voirie à la Ville de Coaticook. Des chemins avec deux pouces de gravier 0-3/4 et de l'argile en dessous. Pas de sous-fondation ou de beaux chemins comme on a appris à l'école. »

« C'est sûr qu'avec 142 kilomètres de chemins en gravier à gérer, je n'ai pas l'argent pour faire des fondations et retaper tous ces chemins comme ils devraient l'être, mais en bout de ligne il faut que l'autobus scolaire passe pareil, même si ça brise nos chemins. »

« Peut-être que ça nous aurait aidés que la période de dégel soit devancée et que les transporteurs de lait et de moulée soient un peu moins chargés, mais il ne faut pas oublier que cette période de restriction a aussi une influence énorme sur la rentabilité des entreprises », rappelle M. Barriault.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer