L'état pitoyable de la route 257 fait réagir

Une affiche limite temporairement la vitesse à 50... (La Tribune, Yvan Provencher)

Agrandir

Une affiche limite temporairement la vitesse à 50 km/h sur la route 257 et précise que la circulation s'y fait aux risques des utilisateurs.

La Tribune, Yvan Provencher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(HAM-SUD) Les printemps se suivent et se ressemblent sur la route 257 entre Saint-Adrien et Ham-Sud. Trous multiples, vallons, accumulation de vase en surface font en sorte qu'il est hasardeux de s'y aventurer. D'ailleurs dès l'entrée de cette route via Ham-Sud, une affiche limitant temporairement la vitesse à 50 km/h indique également que la circulation s'y fait aux risques des utilisateurs.

Hugues Grimard... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Hugues Grimard

Archives La Tribune

Ce jeudi, une délégation composée du préfet de la MRC des Sources Hugues Grimard, du directeur général de cette MRC Frédéric Marcotte, du maire de Saint-Adrien Pierre Therrien et du maire de Ham-Sud Georges Saint-Louis se rendra à Québec, au cabinet du ministre des Transports, afin de tenter de faire débloquer le dossier de réfection incluant l'asphaltage de cette route permettant de joindre les deux municipalités en présence. La délégation sera accompagnée de la députée du comté de Richmond Karine Vallières.

Depuis le milieu des années 90, la responsabilité de cette route a été dévolue par Québec aux municipalités de Saint-Adrien et Ham-Sud. Or, une première estimation fixe à 10 M$ les travaux requis pour mettre en état cette route, un coût ne pouvant être assumé par ces municipalités de petite taille, qui comptent 509 habitants à Saint-Adrien et 215 à Ham-Sud.

Chaque année et depuis longtemps, des demandes ont été acheminées au ministère des Transports pour obtenir l'aide financière permettant de résoudre la problématique existante.

«Cette route doit être rétrocédée au gouvernement du Québec pour sa réfection et son entretien.»


Lors de la dernière campagne électorale provinciale, la députée Karine Vallières en a fait une priorité de son engagement pour le milieu et compte bien y donner suite. L'enjeu est de trouver les moyens d'aider ces municipalités, même en l'absence de programmes facilitants.

Un facteur important à considérer est le développement du parc régional du Mont-Ham, situé en bordure de cette route, lequel doit pouvoir compter sur une route carrossable et adéquate en tout temps. 

Le préfet de la MRC, Hugues Grimard, reconnaît que le dossier n'est pas facile, mais que des solutions doivent être trouvées pour que les investissements du parc soient profitables. « Cette route doit être rétrocédée au gouvernement du Québec pour sa réfection et son entretien. Nous devons bénéficier d'une route digne de ce site, dont l'accès sera approprié. »

Pour M. Grimard, la concrétisation de la réfection de cette route nécessite une planification à court terme en ce qui a trait à un entretien temporaire alors que la planification à plus long terme doit s'amorcer le plus tôt possible pour une réfection complète et un asphaltage de la route 257, l'état actuel des lieux étant inacceptable pour y développer le parc régional du Mont-Ham.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer