Sort incertain pour plusieurs projets de Québec en forme

Les projets mis en place grâce au financement... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les projets mis en place grâce au financement de Québec en forme visent à promouvoir les saines habitudes de vie chez les jeunes.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Avec la fin de Québec en forme prévue pour 2017, le sort des initiatives qui ont vu le jour sous son égide s'avère incertain. Certaines mesures vont toutefois lui survivre, estiment des intervenants du milieu.

En 2015-2016, le financement de Québec en forme représentait environ 75 % du budget de l'Alliance sherbrookoise pour des jeunes en santé, un regroupement de différents partenaires (dont la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke) visant à inculquer aux jeunes Sherbrookois de saines habitudes de vie.

Le financement doit cependant passer à 90 000 $ pour l'année 2016-2017. L'alliance reçoit également du financement, dans une moindre mesure, d'autres sources.

À partir d'un portrait qui a été dressé il y a quelques années des habitudes des jeunes de Sherbrooke, l'Alliance a dressé une liste de mesures visant à faire la promotion de saines habitudes, dont l'activité physique et une saine alimentation.

Radio-Canada et Le Devoir rapportaient cette semaine qu'à la suite de discussions avec le gouvernement, la Fondation André et Lucie Chagnon ne renouvellera pas le financement de Québec en forme et d'Avenir d'enfants, deux organisations à but non lucratif (OBNL), à la fin des ententes prévues en 2017 et 2019.

En Estrie, plusieurs initiatives ont été mises en place via Québec en forme.

Comment l'Alliance poursuivra-t-elle ses activités sans cette importante source de revenus?

« On est toujours à la recherche de financement. L'objectif, c'est de consolider tout ça et de s'assurer que ça demeure », note Annie Masson, coordonnatrice à l'Alliance. « À Sherbrooke, on est encore en place jusqu'en 2018 », souligne-t-elle. « De façon générale, l'ensemble des projets va pouvoir se tenir quand même. »

Coordonnatrice d'Action Santé Mont-Bellevue (ASMB) et du comité d'action local Énergie Jeune-Est (CALEJE), deux entités qui ont été fusionnées, Évelyne Lapierre abonde dans le même sens.

Certaines mesures faisant la promotion des saines habitudes de vie ont été intégrées dans la programmation d'organismes, ce qui pourrait assurer leur survie. Devant le manque de financement, des choix difficiles devront être faits.

« Certains vont trouver ça plus difficile de poursuivre l'animation d'une activité parce qu'ils n'ont plus l'argent. »

Un plan d'action a été déposé « pour se rendre le plus loin possible », en prévision de la fin de l'entente.

Le sort du regroupement ASMB-CALEJE demeure quant à lui incertain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer