Drummondville autorise l'élevage des poules

Il sera désormais possible d'élever des poules sur... (123RF)

Agrandir

Il sera désormais possible d'élever des poules sur le territoire de la Ville de Drummondville.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Il sera désormais possible d'élever des poules sur le territoire de la Ville de Drummondville. Lors de la séance du 14 mars, le conseil municipal a apporté des modifications à son règlement de zonage afin d'autoriser la pratique avicole. La décision entrera en vigueur le 17 avril.

« C'est à la suite de demandes de citoyens souhaitant pouvoir garder des poules chez eux qu'un comité d'étude a été formé pour mener une réflexion sur le sujet. Leur réflexion a permis de jeter les bases de la nouvelle réglementation », explique la conseillère aux relations médias de Drummondville, Sonia Collard.

Les Drummondvillois qui souhaitent garder des poules sur leur terrain résidentiel en milieu urbain devront tout de même respecter certaines normes. Ils devront, entre autres, installer leur élevage sur un terrain d'au moins 550 mètres carrés (6000 pieds carrés) et respecter une distance de deux mètres par rapport aux lignes de terrain. Les propriétaires et locataires d'immeubles de puis de quatre logements ne pourront pas se prévaloir de ce privilège.

Avant de pouvoir effectuer la garde de poules et d'aménager un poulailler sur un terrain résidentiel situé, ils devront obtenir au préalable un permis auprès du Service de l'urbanisme. Lors de l'élaboration des modifications au règlement, la Ville a tenu compte de divers enjeux, tels que l'environnement et le bon voisinage, la santé publique, ainsi que la santé et le bien-être des poules.

Une tendance forte

S'inscrivant dans un contexte de développement durable, la garde de poules en milieu urbain est un phénomène déjà bien implanté dans certains pays d'Europe et qui gagne en popularité sur le continent nord-américain. Au cours des dernières années, des villes telles que Vancouver (Colombie-Britannique), Kingston (Ontario) et Chambly (Québec) ont aussi autorisé les poules en milieu urbain sur leur territoire.

Parmi les nombreux facteurs qui ont convaincu le conseil d'aller de l'avant avec ce projet de règlement, on note que l'élevage de poules est pratiquement insonore et qu'il réclame peu d'espace. L'activité demande peu d'entretien et fournit des oeufs de qualité supérieure.

« Nous croyons que l'étude de la littérature sur le sujet, ainsi que la réflexion menée par le comité ont conduit à une réglementation pionnière qui tient compte des préoccupations environnementales actuelles tout en maintenant le caractère esthétique et la quiétude des quartiers résidentiels », estime Mme Collard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer