Onde de choc à Nez rouge

Réal Fréchette était répartiteur pour l'opération Nez rouge... (Photo fournie)

Agrandir

Réal Fréchette était répartiteur pour l'opération Nez rouge à Sherbrooke depuis de nombreuses années. Sa mort laissera un grand vide, dit l'organisation.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La mort tragique de Réal Fréchette, dimanche dans les eaux du lac Magog, a provoqué une onde de choc dans l'organisation d'Opération Nez rouge à Sherbrooke.

M. Fréchette y était bénévole depuis 21 ans, mentionne Stéphanie Hoarau, coordonnatrice de l'organisation du retour à la maison en sécurité pour les personnes ayant pris de l'alcool durant le temps des Fêtes.

«Réal était répartiteur pour l'opération Nez rouge. C'est un rôle très important dans l'organisation. C'est lui qui relayait les demandes de transport aux équipes sur le terrain», explique-t-elle avec émotion. «Il était excellent. Il avait une bonne connaissance du territoire.»

«En janvier dernier, nous avons honoré les bénévoles qui sont avec nous depuis plus de 20 ans. Réal Fréchette était des gens honorés à cette occasion.»

Rappelons que M. Fréchette, 52 ans, et son frère Denis, 59 ans, deux Sherbrookois, sont décédés après avoir sombré dans le lac Magog, dimanche. Leur décès a été constaté malgré les efforts des ambulanciers qui pratiquaient les manoeuvres de réanimation cardiaque depuis leur sortie de l'eau.

L'absence de ce pilier de Nez rouge sera lourdement marquée lors des prochaines campagnes, ajoute-t-on. «Il devait être de retour lors de la prochaine campagne et pour de nombreuses années!», ajoute Mme Hoarau.

«Il faisait partie du noyau de bénévoles d'environ 25 personnes qui s'occupent de l'organisation de l'opération.»

Stéphanie Hoarau ajoute que son équipe offre ses sincères condoléances à la famille de Réal Fréchette. Les proches ont aussi contribué indirectement au travail bénévole de l'ancien répartiteur de Nez rouge à Sherbrooke, fait-elle remarquer.

«Réal était très présent avec nous durant les Fêtes. Sa famille avait bien compris ce que représentait Nez rouge pour notre ami Réal.»

Une « dernière journée de pêche » annoncée

Samed soir, la veille de la tragédie du lac Magog, le Sherbrookois Réal Fréchette se promettait une agréable journée de pêche le lendemain, la dernière de la saison.

Avant d'aller au lit, l'homme de 52 ans a souhaité bonne nuit à ses amis sur sa page Facebook. Le Sherbrookois écrivait qu'il allait «se coucher» afin d'être en forme pour une «dernière journée de pêche demain».

Quelques minutes plus tard, son frère Alain lui a suggéré d'aller se coucher pour ne pas dormir «sur la ligne à pêche», dimanche matin.

Sur sa page Facebook personnelle, Alain Fréchette a remercié lundi les internautes pour les mots d'encouragement. Il dit avoir reçu la nouvelle de la mort de son frère comme «un coup de masse dans le front.»

D'autant plus que son frère était devenu son confident pour l'aider à traverser une épreuve personnelle.

Ce dernier mentionne que la famille ne souhaitait pas donner des entrevues aux journalistes par respect pour ses frères Réal et Denis, tous les deux décédés dans les eaux du lac Magog dimanche, comme on le sait.

Réactions

Son décès a évidemment fait réagir sur le réseau social internet.

Martin Gagnon a mentionné que Réal Fréchette avait alors vraiment vécu sa «vraie dernière journée de pêche». Il note que M. Fréchette est parti en faisant ce qu'il aimait vraiment. «Je suis triste de savoir que tu ne seras plus là. Veille sur toute ta famille et sur nous. Tu vas nous manquer. R.I.P. Mon ami, je t'aime.»

Alex-Sandra Guérette a réagi : «Je t'aime mon oncle! Je vais penser à toi et vielle sur nous!»

Denis Laplante lui a souhaité «un bon voyage».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer